Revues

XXI, 6Mois: le projet qu’on n’attendait pas

Photo OLIVIER DION

XXI, 6Mois: le projet qu’on n’attendait pas

La reprise des revues XXI et 6Mois par La Revue dessinée et Topo, associés au Seuil, marque un tournant pour ces mooks historiques, qui s’éloignent encore plus de la presse pour se rapprocher de l’édition.

J’achète l’article 4.5 €

Par Isabel Contreras,
Créé le 08.06.2018 à 00h00,
Mis à jour le 08.06.2018 à 07h46

Cohérent. C’est le mot qui revient le plus souvent dans la bouche des salariés de XXI et 6Mois pour qualifier la décision du tribunal de commerce de Paris du 31 mai, désignant La Revue dessinée et Topo, associés au Seuil, comme repreneurs des deux mooks. Si cette option est jugée par ces salariés comme "la moins douloureuse" de toutes, c’est parce que les identités de chacune de ces quatre revues indépendantes sont indéniablement complémentaires.

Franck Bourgeron, cofondateur et rédacteur en chef de La Revue dessinée, repreneuse des revues de Rollin Publications. - Photo OLIVIER DION

Lancée en 2013, La Revue dessinée propose tous les trois mois des enquêtes, des reportages et des documentaires où l’actualité est présentée en bande dessinée, de manière pédagogique. Ce mook s’écoule en moyenne en librairie à 6 000 exemplaires (source: GFK). Depuis 2016, il décline une version pour les moins de 20 ans, le bimestriel Topo (3 500 abonnés, voir encadré ci-contre).

En face, "le grand frère", XXI. Cofondé en 2008 par Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry, il a initié une vague de revues mi-magazines mi-livres en se tournant vers les reportages, avec un mot d’ordre: "l’information en grand format". XXI cohabite depuis 2011 avec 6Mois, semestriel de photojournalisme, également "en grand format". Dans le giron de Rollin Publications, XXI et 6Mois ont essuyé lourdement l’échec du dernier arrivé, Ebdo, magazine d’actualité qui s’est arrêté en mars après seulement trois mois et 11 numéros. En cause, des ventes en chute libre alors même que le journal n’acceptait pas de publicité. L’hebdomadaire a entraîné les deux mooks dans sa chute, provoquant la mise en liquidation judiciaire de Rollin Publications et le licenciement de 48 personnes.

Cinq offres de reprise se sont alors manifestées, mais seuls deux candidats ont finalement été jugés "recevables" par le tribunal de commerce: La Revue dessinée associée au Seuil, d’une part, et Thierry Mandon et sept partenaires, parmi lesquels la maison d’édition Allary, d’autre part.

Une offre pas simple à monter

L’offre de reprise formulée par La Revue dessinée et le Seuil n’a pourtant pas été simple à monter. Racheté en décembre par Média-Participations, le Seuil (groupe La Martinière) a dû convaincre Vincent Montagne et Claude de Saint Vincent, respectivement P-DG et directeur général de Média-Participations, de les suivre dans l’aventure. A la clé, la diffusion et la distribution de XXI et 6Mois, jusqu’ici assurées par l’équipe de diffusion des Arènes et par la distribution d’Hachette Livre. Elles passeraient toutes deux dans le giron MDS, la filiale de diffusion-distribution de Média-Participations. XXI pèse lourd symboliquement et économiquement sur le marché des mooks. Le trimestriel se vend aujourd’hui entre 25 000 et 30 000 exemplaires par numéro et compte 10 000 abonnés. Selon nos informations, ce point a été essentiel dans la négociation avec Média-Participations.

En chiffres

XXI  Trimestriel tiré à 35 000 exemplaires, plus de 10 000 abonnés.

6Mois  Semestriel tiré entre 20 000 et 22 000 exemplaires, 2 500 abonnés.

La Revue dessinée  Trimestriel tiré à 20 000 exemplaires, 6 000 abonnés.

Topo  Bimestriel tiré à 11 000 exemplaires, 3 500 abonnés.

Convaincre Delcourt

De son côté, La Revue dessinée a dû parlementer avec son actionnaire, Delcourt. L’éditeur de bande dessinée s’est d’abord opposé à une reprise associée au Seuil, soit Média-Participations (éditeur de Spirou, de Blake et Mortimer et des Schtroumpfs, entre autres séries best-sellers), son concurrent direct. Il est allé jusqu’à contester la validité de l’offre auprès du tribunal de commerce. "Mais il l’a finalement acceptée. Ce rachat représente une opportunité stratégique", souligne Franck Bourgeron, cofondateur de La Revue dessinée. Sollicité par Livres Hebdo, Guy Delcourt n’a pas souhaité réagir.

La valeur économique de l’offre de La Revue dessinée et du Seuil était inférieure à celle qui a été proposée par le directeur de publication de Rollin Publications et ancien secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon, qui comptait sauver 19 emplois, contre 15 dans l’offre de La Revue dessinée et du Seuil. Thierry Mandon n’a pourtant pas obtenu les faveurs du tribunal. Dans son jugement du 31 mai, celui-ci note que les salariés de XXI et 6Mois"ont émis une nette préférence à l’égard de l’offre émanant" de La Revue dessinée et du Seuil. Il fait ainsi allusion au référendum interne qui a été organisé une semaine avant le jugement du tribunal et par lequel 78% des salariés se sont montrés favorables à la proposition de La Revue dessinée avec le Seuil. "Thierry Mandon incarne, qu’il le veuille ou non, l’échec d’Ebdo. La plupart de ses partenaires étaient par ailleurs des boîtes de com, ce qui nous éloignait encore plus de son projet", estime une proche historique de XXI qui préfère garder l’anonymat.

Pour 350 000 euros

Le risque de déclencher de nombreuses clauses de conscience a donc fait pencher la balance. Si Thierry Mandon l’avait emporté, le nombre de départs volontaires aurait pu augmenter sensiblement, le tribunal ayant émis des doutes, dans ce cas de figure, sur la poursuite de l’activité à long terme.

Privilégiant la sauvegarde de l’emploi, le tribunal s’est donc tourné vers la proposition de La Revue dessinée avec le Seuil. Les repreneurs ont acheté les deux revues pour 350 000 euros avec une dette abonnés de 327 800 euros, peut-on lire dans le jugement du tribunal dont Livres Hebdo s’est procuré une copie. Les cofondateurs des revues, Laurent Beccaria, directeur des Arènes, et Patrick de Saint-Exupéry, y quitteront leurs fonctions actuelles. Interrogé, Laurent Beccaria a fait savoir à Livres Hebdo"qu’il acceptait la décision du tribunal", mais n’a pas souhaité faire d’autres déclarations.

Si le projet de reprise a été financé à parité, c’est La Revue dessinée qui devient l’actionnaire majoritaire et "décisionnaire au quotidien", souligne le P-DG du Seuil, Hugues Jallon (voir interview ci-contre). Le repreneur annonce "un regroupement" des quatre revues à moyen ou long terme dans une même société, nommée tout simplement Quatre. "Ces quatre titres occuperont ensemble une place prédominante sur le marché des revues d’information en France, avec 300 000 exemplaires vendus par an", se félicite un communiqué de La Revue dessinée, reçu quelques heures après le jugement du 31 mai.

Plus proches de l’édition

Les repreneurs restent flous quant aux projets à venir. "Le plus important c’est de retrouver de l’élan. Les salariés de XXI et 6Mois ont pour cela besoin de temps", déclare Franck Bourgeron. "Cette période a été vécue comme un déchirement, et c’est d’autant plus violent qu’on reste attachés aux fondateurs de XXI et 6Mois. Mais les lecteurs doivent savoir que le projet continue, que nous restons engagés dans la pérennité des revues et que nous ne les laisserons pas tomber", fait savoir une ancienne salariée de XXI. Franck Bourgeron revendique toutefois une "volonté de continuer dans le développement de nos activités dans l’édition, de créer des livres à l’image de ce qu’on a déjà pu faire avec Hugues Jallon. Nous sommes beaucoup plus proches de l’édition."

Les équipes des deux revues rachetées devraient, à terme, quitter leurs locaux actuels. Le cofondateur de La Revue dessinée, Franck Bourgeron, se montre "favorable personnellement" à un emménagement dans les futurs locaux du Seuil, au sein des nouveaux bureaux de Média-Participations, dans le Nord-Est parisien. "Mais rien ne sera imposé", précise-t-il. Clin d’œil du destin, XXI occupe aujourd’hui l’ex-siège historique du Seuil, au 27, rue Jacob, la charmante maison enclavée entre les immeubles biscornus du 6e arrondissement parisien où Les Arènes ont élu domicile. Avec le rachat, ses équipes suivraient le Seuil dans ses nouveaux locaux, moins charmants mais plus fonctionnels, au pied de la station du RER Rosa-Parks.

Quand le petit rachète le gros

Le numéro Eté 2018 de La Revue dessinée.

XXI et 6Mois étaient de longue date "admirés" par la rédaction éditorialement indépendante de dessinateurs, de journalistes et de scénaristes de La Revue dessinée. Mais qui eût cru qu’ils puissent un jour se les offrir?

Le premier numéro de La Revue dessinée a vu le jour à l’automne 2013. Au menu de ce trimestriel, des enquêtes, des reportages et des documentaires présentés sous forme de bandes dessinées, réalisés par des binômes de journalistes et de dessinateurs. "Après le succès de XXI et de 6Mois, nous savions qu’il fallait se créer une identité à part entière, sinon le projet ne marcherait pas", commente David Servenay, actionnaire de La Revue dessinée et ancien de la rédaction.

La formule a pris. Distribué dans les librairies et les grandes surfaces culturelles, le mook a vu son nombre d’abonnés augmenter, son lectorat se fidéliser. En 2016, l’équipe décide de lancer son petit frère, le bimestriel Topo. Destiné aux moins de 20 ans, il revient sur l’actualité, là encore en bandes dessinées. "C’est la tragédie de Charlie Hebdo, à laquelle de nombreux adolescents ont réagi par un sentiment d’incompréhension, qui fit comprendre [au groupe de cofondateurs de la revue] qu’il y avait là matière à proposer aux moins de 20 ans une autre grille de lecture du monde", explique Topo sur son site.

Réalisée par une équipe de 6 personnes, La Revue dessinée s’appuie sur un réseau de près de 80 journalistes et de plus d’une centaine de dessinateurs.

"Je fais confiance à La Revue dessinée"

Corepreneur de XXI et de 6Mois, le nouveau P-DG du Seuil, Hugues Jallon, compte sur l’équipe de La Revue dessinée et de Topo pour pérenniser la liberté éditoriale des deux revues.

"Je sais que Franck Bourgeron et Sylvain Ricard sont capables de pérenniser la liberté éditoriale des deux revues. Ils sont éditeurs, auteurs, mais aussi bons gestionnaires." Hugues Jallon - Photo OLIVIER DION

Hugues Jallon - Les cofondateurs de La Revue dessinée et de Topo, Franck Bourgeron et Sylvain Ricard, m’ont appelé quelques jours après la mise en liquidation judiciaire de XXI et 6Mois pour me proposer de les accompagner dans leur offre. Cela m’a paru une très bonne idée, je leur fais confiance. J’ai déjà pu travailler avec eux autour de la série Histoire dessinée de la France à l’époque où je dirigeais La Découverte. Je sais qu’ils sont capables de pérenniser la liberté éditoriale des deux revues. Ils sont éditeurs, auteurs, mais aussi bons gestionnaires. Ce ne sont pas des businessmans. Cette offre a d’ailleurs été portée par eux, pas par nous. Nous sommes repreneurs à hauteur de 37%, ce qui rend La Revue dessinée majoritaire au capital et décisionnaire au quotidien auprès des équipes des quatre revues. Personnellement, je serai présent de manière assidue aux rencontres entre les équipes, mais je n’agirai qu’en tant que conseiller éditorial. Ensemble, nous pourrons mettre en œuvre d’autres idées, via la BD ou d’autres supports, on verra.

J’ai convaincu Vincent Montagne et Claude de Saint Vincent [P-DG et DG de Média-Participations, NDLR] de la crédibilité de l’offre, mais aussi de son bon sens. Cette acquisition contribue à consolider la position de Média-Participations dans la littérature générale. Les mooks sont un vecteur de diffusion de l’écriture, de critique aussi. Ils constituent en outre un mode de lecture à part entière.

En effet, cet élément a été important pour les convaincre mais, comme je viens d’expliquer, il n’a pas été le seul.

Ce n’est pas prévu. La Revue dessinée, Topo, XXI et 6Mois vont travailler ensemble mais ne vont pas associer d’autres titres pour le moment. Adrien Bosc possède toutefois une expérience solide dans ce domaine, et nous sommes preneurs des idées qu’il pourrait nous apporter.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités