Vincent Villeminot, "Fais de moi la colère" chez Les Escales | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 20.08.2018 à 14h00 Un premier roman par jour

Vincent Villeminot, "Fais de moi la colère" chez Les Escales

Vincent Villeminot - Photo DR/LES ESCALES

Pendant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2018. Avec Fais de moi la colère, à paraître le 30 août aux Escales, l’auteur pour la jeunesse Vincent Villeminot s’adresse à un nouveau lectorat.

"Comment l’appellerai-je, quand il sortira? L’enfant qui nage en moi?" s’interroge l’héroïne du premier roman de Vincent Villeminot, Fais de moi la colère, à paraître le 30 août aux Escales. Sur les bords du lac Leman, la jeune Ismaëlle se retrouve seule après la noyade de son père. C’est alors que d’autres corps – nus et anonymes – remontent des profondeurs et se mettent à flotter par centaines. A la recherche de la cause de ces morts, la jeune femme se lance dans une partie de pêche où s’entremêlent désir, convoitise et génocides.
 
Fais de moi la colère est le premier roman que l’auteur pour la jeunesse Vincent Villeminot signe seul à destination d’un lectorat adulte. Il avait coécrit avec Christine Pedotti le roman La longue patience du sanglier, paru chez Plon en 2009. En parallèle de la publication du roman, Casterman publie le 22 août le premier volet de la bande dessinée jeunesse Kong-Kong, que l’auteur a réalisé avec le dessinateur Yann Autret.

Ecrivain fécond, Vincent Villeminot a publié plus d’une trentaine d’ouvrages chez Fleurus, Nathan Jeunesse et Casterman depuis 2004. Ses romans et ses scénarios de bande dessinée s’adressent aux plus jeunes ainsi qu’aux adolescents avec les séries La brigade de l’ombre (trois volumes chez Casterman), L’hôtel des frissons (dont le 4e tome, illustré par Joëlle Dreidemy, paraît le 4 octobre chez Nathan Jeunesse) ou encore U4: Stéphane (Nathan-Syros, 2015), un des quatre romans post-apocalyptiques que compte la série U4 également écrite par les auteurs Yves Grevet, Florence Hinckel, Carole Trébor.
 
 
close

S’abonner à #La Lettre