Un troisième mandat au Bief pour Vera Michalski | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 20.03.2019 à 15h00 (mis à jour le 21.03.2019 à 17h06) Election

Un troisième mandat au Bief pour Vera Michalski

Vera Michalski - Photo © O. DION

La présidente de Libella, Vera Michalski, a été réélue à la présidence du bureau international de l'édition française (Bief) avec un conseil élargi, plus représentatif des différents secteurs éditoriaux.

A l'issue de l'assemblée générale et du conseil d'administration du bureau international de l'édition (Bief), Vera Michalski a été confirmée mercredi 20 mars comme présidente de l'institution, poste qu'elle occupe depuis six ans. La présidente du groupe Libella, élue pour trois ans, dispose d'un conseil d'administration étendu à douze membres au lieu de huit.

"Nous voulions assurer une meilleure représentativité des secteurs éditoriaux et renforcer le poids du conseil en vue des échanges que nous aurons sur le développement de nos ressources", explique Nicolas Roche le directeur général du Bief. Outre la présidente Vera Michalski et Judith Becqueriaux (Denoël), membre es qualité en tant que présidente de la commission internationale du SNE, deux administrateurs restent Marianne Durand (Nathan Jeunesse) et Jérôme Denoix (Hachette illustré).

A leurs côtés arrivent Antoine Gallimard (Madrigall), Benoît Pollet (Dargaud), Marion Glénat-Corveler (Glénat), Gilles Haéri (Albin Michel), Patrice Margotin (Flammarion), Philippe Robinet (Calmann-Levy) et Sabine Wespieser des éditions qui portent son nom.  Jeunesse et bande dessinée pèsent donc plus dans le conseil d'administration qui a vu partir Eric Vigne (Gallimard), Olivier Bétourné (Seuil), Guillaume Dervieux (Libella) et Laurent Laffont (ex-Lattès).

Des statuts réactualisés

Une assemblée générale extraordinaire ce mercredi matin a réactualisé les statuts du Bief en donnant la possibilité au conseil d'administration de nommer un président d'honneur, fonction qu'occupe Alain Gründ.

Le comité d'orientation, qui était en sommeil, a été supprimé tandis que la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC), qui gère désormais la subvention principale du Bief, entre comme observatrice aux côtés du ministère des Affaires étrangères, du Syndicat national de l'édition et du Centre national du livre.
 
 
close

S’abonner à #La Lettre