Avec La plus précieuse des marchandises, Jean-Claude Grumberg livre un conte dans la collection du Seuil, « La librairie du XXIe siècle », créée par l'historien Maurice Olender. Tiré à 6 000 exemplaires à sa sortie le 10 janvier, il a été soutenu par les libraires et salué par la presse, notamment France 2 et Le Monde, et France Inter où l'interview de Léa Salamé a enflammé les ventes, si bien qu'il a été réimprimé trois fois, atteint un tirage de 20 000 exemplaires et entre en 13e position du top romans. Avant parution, il avait fait sensation à Francfort, acheté par 7 pays dont l'Italie et le Japon qui ont procédé à de gros tirages.

Jean-Claude Grumberg s'appuie sur son histoire personnelle : la déportation de son grand-père, puis de son père, arrêté sous ses yeux. Dans un genre et un format (104 pages) qui rappellent Matin brun, le dramaturge raconte comment « une pauvre bûcheronne » sauve un bébé que son père a lancé du train qui l'emmène à Auschwitz. En épilogue, il écrit que « ce n'est pas une histoire vraie », ce qui est démenti dans l'appendice : « Le convoi 49 partit le 2 mars 1943 transportant un millier de juifs [...] En 1945 six survivants dont deux femmes. »

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités