Un chapitre “subversif” de “Charlie et la chocolaterie” enfin publié | Livres Hebdo

Par Souen Léger, le 01.09.2014 à 17h51 (mis à jour le 01.09.2014 à 18h00) Jeunesse

Un chapitre “subversif” de “Charlie et la chocolaterie” enfin publié

Dans le film réalisé par Tim Burton en 2005, le jeune Charlie Bucket découvre son ticket d'or. - Photo WARNER BROS

A l’occasion des 50 ans de l’ouvrage, The Guardian a publié un chapitre inédit retrouvé après la mort de Roald Dahl, qui y réservait un triste sort à deux enfants conviés à la chocolaterie.

Cinquante ans après sa publication, Charlie et la chocolaterie, de Roald Dahl, l’un des plus grands succès mondiaux de la littérature jeunesse a encore des secrets à dévoiler. Jugé trop sauvage et subversif pour les jeunes lecteurs à la sortie du livre aux Etats-Unis en 1964 (il paraîtra en France chez Gallimard en 1967), un chapitre entier avait alors été écarté par les éditeurs et remanié par l’auteur. Pour la première fois, ce texte est publié par le Guardian, qui l’a révélé samedi 30 août, accompagné d’illustrations inédites de Quentin Blake.
 
Retrouvé après la mort de l’auteur gallois en 1990, ce passage offre un casting légèrement différent puisque le héros, le jeune Charlie Bucket, n’est pas accompagné de son grand-père mais de sa mère. Et huit autres enfants ont la chance de pénétrer dans la mystérieuse chocolaterie, contre quatre dans la version définitive.

Des enfants transformés en caramels
 
Si l’auteur n’a pas épargné certains des personnages dans le texte définitif – dont Violette Beauregard, changée en énorme myrtille, ou Mike Teavee, qui est miniaturisé puis étiré dans la machine à guimauve –, Roald Dahl a réservé un sort particulièrement cruel à deux des visiteurs dans ce chapitre oublié. Les turbulents Timmy Troutbeck et Wilbur Rice sont en effet menacés d'être transformés en caramels et de finir coupés en petits morceaux par un arsenal de couteaux. Mais l’agent de Roald Dahl, Sheila Saint-Laurent, avait alors suggéré à l’auteur de glisser “plus d’humour”dans son livre…

Aux Etats-Unis, Charlie et la chocolaterie s’est vendu à plus de 10 000 exemplaires la semaine de sa parution. Depuis, l’ouvrage s’est vendu à plus de 50 millions d’exemplaires dans le monde et a été adapté deux fois au cinéma : une première fois en 1971 par Mel Stuart, avec Gene Wilder, puis en 2005 par Tim Burton, avec Johnny Depp dans le rôle de Willy Wonka.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre