Un algorithme pour sélectionner de nouveaux auteurs | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec The Guardian, le 01.06.2018 à 15h09 (mis à jour le 01.06.2018 à 16h00) Royaume-Uni

Un algorithme pour sélectionner de nouveaux auteurs

Les auteurs sélectionnés par l'algorithme mis en place par De Montford Literature seront assurés d'être rémunérés, à hauteur de 27300 euros par an, pendant le processus d'écriture.

Devenir écrivain, beaucoup en rêvent. Depuis le 11 mai, une nouvelle maison d'édition britannique, De Montfort Literature, propose aux aspirants écrivains de les accompagner financièrement dans l'écriture de leur fiction. Ces derniers seront rémunérés à hauteur de 2300 euros par mois, soit 27300 euros par an, et bénéficieront d'un accompagnement personnalisé et de cours d'écriture.
 
"Avoir un emploi à temps plein n'est pas propice à l'écriture d'une fiction. Si on verse un salaire suffisant à une personne pour lui permettre d'écrire à plein-temps, on peut alors voir émerger de nombreux auteurs talentueux", justifie Jonathan de Montford.
 
L'homme d'affaire, créateur en 2013 de la société d'investissement De Montford Capital, aurait eu l'idée d'accompagner les aspirants auteurs après avoir éprouvé des difficultés à écrire et publier son propre roman, Turner, qui sera d'ailleurs le premier ouvrage édité par De Montfort Literature.
 
Algorithme, tests psychologiques…
 
Pour avoir l'opportunité d'être édité sous de telles conditions, les aspirants écrivains doivent se soumettre à un drastique processus de sélection. Celle-ci inclut un algorithme capable de prédire le succès professionnel des auteurs, des tests psychométriques — qui déterminent le comportement d'une personne — et des entretiens. A la fin, seuls dix auteurs seront retenus.
 
Jonathan de Montford reconnaît, dans les colonnes de The Guardian, que sa méthode de sélection peut sembler "un peu sinistre" mais croit cependant qu'elle est plus juste que celle pratiquée dans l'édition traditionnelle.
 
Si Nicola Solomon, président du syndicat britannique des auteurs professionnels (Society of Authors) se réjouit de voir émerger de nouveaux modèles d'édition, il s'inquiète cependant de certains aspects du contrat liant les auteurs à De Montfort Literature. Les auteurs devront en effet partager leurs droits d'auteurs avec la maison, et pas seulement pour leur ouvrage mais pour la simple idée d'une fiction. 
close

S’abonner à #La Lettre