Edition

Teresa Cremisi quittera la direction de Flammarion début juin

Teresa Cremisi - Photo OLIVIER DION

Teresa Cremisi quittera la direction de Flammarion début juin

Dans un entretien à Livres Hebdo daté du 1er mai, la présidente du groupe Flammarion annonce qu'elle quittera ses fonctions après l'assemblée générale du 2 juin, tout en continuant à éditer ses auteurs sous cette marque. Son premier roman paraît le 6 mai sous le titre La Triomphante.

J’achète l’article 1.50 €

Par Christine Ferrand,
Créé le 30.04.2015 à 16h00,
Mis à jour le 30.04.2015 à 17h00

«C'est la fin d'une tranche de vie qui a duré dix ans, une tranche de vie pleine, passionnante et compacte», confie Teresa Cremisi dans un entretien à Livres Hebdo daté du ler mai. La P-DG du groupe Flammarion annonce qu'elle quittera, après l'assemblée générale du 2 juin, le groupe, dont elle avait pris les commandes en 2004 à la demande de l'actionnaire de l'époque, le groupe italien RCS MediaGroup. Elle laisse parallèlement la fonction de directrice éditoriale de Madrigall qu'elle avait depuis deux ans. Antoine Gallimard, P-DG de Madrigall, communiquera après l'assemblée générale l’organisation qu’il mettra en place dans le groupe qu'il a racheté en septembre 2012.

Teresa Cremisi continuera cependant pour Flammarion son travail d'éditeur auprès de ses auteurs, comme Christine Angot, dont le prochain roman paraît à la rentrée, ou Franz-Olivier Giesbert, qui doit lui apporter un nouveau livre "politique".

Son mandat au conseil d'administration de RCS MediaGroup ayant été renouvelé le 24 avril, elle partagera dorénavant son temps à 50/50 entre la France et l'Italie.

Pour marquer ce tournant, la P-DG de Flammarion publie le 6 mai son premier roman aux éditions des Equateurs. Intitulé La Triomphante, il slalome entre autobiographie et fiction, racontant la vie d'une femme de près de 80 ans aujourd'hui, née comme l'auteur à Alexandrie, qui a fait l'ensemble de sa carrière entre la France et l'Italie.

Les amateurs de "clés" en seront pourtant pour leur frais : "La vie professionnelle de ma narratrice n'est pas la mienne", souligne Teresa Cremisi.  Il se dégage cependant de ce livre hanté par la question de l'exil et de l'identité un autoportrait en demi-teinte sensible et audacieux.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités