Suhrkamp : lutte de pouvoir | Livres Hebdo

Ulla Unseld-Berkéwicz

Au centre d'une violente bataille judiciaire, Suhrkamp, le plus célèbre éditeur allemand, est en danger.

L'histoire fait beaucoup de bruit dans le milieu de l'édition et des médias germaniques. Les éditions Suhrkamp, le plus grand éditeur littéraire de langue allemande que l'on compare traditionnellement à Gallimard, risque de disparaître. Une situation extrême qui pourrait être provoquée par le choc frontal entre les deux très fortes personnalités qui en revendiquent la direction. D'un côté, Ulla Unseld-Berkéwicz, qui la dirige actuellement, veuve de Siegfried Unseld (l'éditeur historique de Suhrkamp), et détentrice de 61% des parts, via une fondation familiale. En face, Hans Barlach, homme d'affaires de Hambourg, actionnaire à hauteur de 39% depuis 2006.

La violente querelle judiciaire qui déchire actuellement les actionnaires, se situe sur plusieurs fronts. Hans Barlach, a en effet demandé au tribunal de Francfort la dissolution pure et simple de Suhrkamp dans sa forme actuelle. Parallèlement, à Berlin, se joue une partie judiciaire autour de la location d'une partie de la villa occupée par Ulla Unseld-Berkéwicz, pour des animations liées à la maison d'édition. Jouant notamment sur le mélange entre vie privée et vie professionnelle, le tribunal de Berlin a ainsi décidé le 10 décembre de retirer la direction des éditions Suhrkamp à Ulla Unseld-Berkéwicz, une décision contre laquelle l'éditrice, soutenue par la majorité des auteurs, a interjeté appel. Les prochaines étapes judiciaires interviendront en février. En attendant, une médiation a été proposée par Michael Naumann, ancien éditeur, ancien ministre de la Culture, mais cette ouverture «à l'amiable» a été refusée par Hans Barlach.

De Francfort à Berlin

Fondée en 1950 par Peter Suhrkamp, la maison a surtout été marquée par la forte personnalité de Siegfried Unseld, qui la dirigera de 1959 à sa mort, en octobre 2002. Il constitue un catalogue de très grande qualité, en littérature et en sciences humaines: Thomas Bernhard, Peter Handke, Bertold Brecht ou Walter Benjamin sont parmi les fleurons du catalogue pour la littérature de langue allemande. Côté français on trouve, entre autres, des oeuvres de Marguerite Duras, Samuel Beckett ou Jean-Philippe Toussaint.

Les difficultés, déjà en germe du vivant de Siegfried Unseld (son fils Joachim, qui devait lui succéder, est parti en 1991 contraint et forcé et a créé sa propre maison d'édition), se sont exacerbées après sa mort. Sa veuve, Ulla Berkéwicz, écrivaine et ancienne actrice, prend alors les rênes de la maison qu'elle tient d'une main de fer, écartant le directeur littéraire, Günter Berg, qui part en 2004 pour les éditions Hoffmann und Campe. Certains auteurs soutiennent Ulla Unseld-Berkéwicz, pendant que d'autres quittent la maison, dont l'un des plus emblématiques, Martin Walser, qui emporte son oeuvre chez Rowohlt.

En 2010, cette maison implantée à Francfort, dont l'éclat participait étroitement à la vie intellectuelle de la ville, s'installe à Berlin, suscitant un véritable émoi aussi bien dans les milieux culturels de la ville que parmi les collaborateurs de la maison. Cette nouvelle étape de l'histoire de Suhrkamp, devrait, quelle qu'en soit l'issue, marquer durablement la maison.
close

S’abonner à #La Lettre