Proclamation

Sophie Benech, Grand prix SGDL - Ministère de la culture 2021 pour son œuvre de traduction

Sophie Benech - Photo DR

Sophie Benech, Grand prix SGDL - Ministère de la culture 2021 pour son œuvre de traduction

Traductrice de littérature russe et confondatrice des éditions Interférences, Sophie Benech a reçu l'un des prix majeurs de la traduction en France.

Par Vincy Thomas,
Créé le 29.11.2021 à 15h12,
Mis à jour le 29.11.2021 à 16h00

Doté de 15000 euros, le Grand Prix SGDL - Ministère de la culture pour l'œuvre de traduction a été décerné cette année à Sophie Benech, traductrice de russe pour diverses maisons d’éditions (Actes sud, José Corti, Gallimard, Le Bruit du temps et Verdier).

"Elle a traduit de grands textes russes devenus classiques et rendu audibles les voix puissantes, fortes et souvent douloureuses d’écrivains parfois oubliés. Elle offre ainsi au public français de nombreux textes d'une grande intensité. Les récits et le théâtre de Leonid Andreïev, les textes d’Isaac Babel relatant la Révolution russe, les Récits de la Kolyma de Varlam Chamalov, la correspondance de Boris Pasternak, Contre tout espoir de Nadejda Mandelstam ou encore la poésie d’Anna Akhmatova. Parmi les auteurs contemporains que Sophie Benech a traduits, Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature en 2015, occupe une place centrale" rappelle la Société des Gens de Lettres. Bourgois et Interférences ont récemment réédité Envers et contre tout : chronique illustrée de ma vie au goulag d'Euphrosinia Kersnowskaïa.

Cofondatrice avec son père des éditions Interférences, elle a aussi publié en octobre une de ses traductions, Faits divers, de Leonid Nikolaevitch Andreev. Présidente du jury, Evelyne Châtelain a rappelé : "Sophie Benech a découvert l’amour du russe et de la traduction presque par hasard, car elle est allée en Union Soviétique pour travailler. (...)  Jusqu’au jour où, presque par hasard, on lui proposa de traduire et où elle découvrit une véritable passion qui ne l’a pas quittée depuis. Elle s’est donc mise à tout traduire d’une culture et d’une littérature qui la fascinait. Et, comme tous les textes qu’elle découvrait ne trouvaient pas éditeur, elle a créé sa propre maison d’édition afin de permettre à des œuvres inconnues de ne pas tomber dans l’oubli."

Sophie Benech succède à Jean-Pierre Richard, lauréat en 2020.


 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités