ROMAN/FRANCE 4 JANVIER Michel Houellebecq

"Sérotonine" : Extension du domaine de la chute

Michel Houellebecq - Photo PHILIPPE MATSAS/FLAMMARION

"Sérotonine" : Extension du domaine de la chute

Houellebecq revient en force, avec la déchéance d’un homme sans désir sur fond de France périphérique. [Cette avant-critique devait paraître en ligne le 27 décembre, respectant l'embargo demandé par Flammarion. Deux médias - Les inrocks et L'Obs - l'ont "irrespectueusement" brisé. L'éditeur rappelle qu'"Aucune exclusivité n’a été donnée à qui que ce soit". Après concertation, il nous autorise à publier ce texte.]

Par Sean James Rose,
Créé le 20.12.2018 à 12h30,
Mis à jour le 20.12.2018 à 13h00

La sérotonine est un neurotransmetteur qui dope l’estime de soi. Florent-Claude, dit Florent tout court, a 46 ans, est sans ambition. Il prend des antidépresseurs libérant à foison cette hormone censée le booster. Le médicament a pour effet secondaire de rendre impuissant. Après avoir établi le diagnostic de son couple « en phase terminale », Florent quitte Yuzu, sa petite amie japonaise de vingt ans sa cadette : elle le trompait dans des partouzes avec de jeunes gens et même avec des chiens.

Le narrateur du nouveau roman de Michel Houellebecq, titré Sérotonine, part sans un mot d’explication. L’expert en agroalimentaire tourne le dos à une carrière où il ne s’était jamais investi : « Les filles sont des putes si on veut, on peut le voir de cette manière, mais la vie professionnelle est une pute bien plus considérable, et qui ne vous donne aucun plaisir. » Impuissant désormais, il renonce au sexe, et s’il le pouvait au reste de son anatomie : « J’aurais aimé en réalité ne plus avoir de corps. »

Il radicalise ses théories pessimistes

La suite est une pérégrination existentielle. Le héros revisite les souvenirs, comme Kate, une Danoise qui avait troqué son job d’avocat d’affaires contre une mission humanitaire, le grand amour de sa vie qu’il a trahi. Il revoit pour de vrai parfois d’anciennes flammes, telle Claire l’actrice blonde hitchcockienne, longtemps cantonnée aux rôles d’égérie intello alors qu’elle eût préféré figurer sur l’affiche de nanars, et aujourd’hui employée par Pôle emploi pour enseigner l’art dramatique aux chômeurs. Il se rend dans l’exploitation de son vieux camarade de l’« Agro », « [s]on seul meilleur ami », un aristocrate ruiné, Aymeric d’Harcourt-Olonde, acculé aux plus funestes extrémités à cause de la mondialisation, dont Florent a si longtemps été le suppôt au ministère de l’Agriculture. Le narrateur est lui-même traversé de pulsions meurtrières…

Après Soumission, Houellebecq se fait à nouveau sismographe du contemporain – le désarroi d’Aymeric fait étrangement écho à la crise des « gilets jaunes ». L’auteur signe ici une « Extension du domaine de la chute ». Il radicalise ses théories pessimistes, illustrant à travers ses personnages déchus sa détestation du néolibéralisme, de l’infantilisme consumériste, de l’hypocrite coolitude. Mais Houellebecq veut aussi croire à la bonté et aux dons des larmes. Alors la rédemption possible ? Oui, façon gnostiques, ces hérétiques qui pensaient : dans le corps, point de salut.
 

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq
Sérotonine
Flammarion
Tirage : 320 000 ex.
Prix : 22 euros ; 352 p.
EAN : 3782081471757
Sortie : 4 janvier

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités