Rentrée littéraire

Palmarès Livres Hebdo des libraires 2016 : deux hommes puissants

1er roman français : Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé, Actes Sud. Avec un roman bruissant des fureurs guerrières à travers les siècles, Laurent Gaudé dénonce la vanité de toute conquête. Un ouvrage empreint d’humanisme. - Photo LEONARDO CENDAMO/ACTES SUD

Palmarès Livres Hebdo des libraires 2016 : deux hommes puissants

Saluant la diversité de la production de la rentrée littéraire 2016, les 300 libraires interrogés sur leurs romans préférés ont placé en tête Laurent Gaudé, côté français, et Henning Mankell, côté étranger. Au total, ils citent plus de 240 titres sur les 560 répertoriés par Livres Hebdo.

J’achète l’article 4.5 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 23.09.2016 à 00h00,
Mis à jour le 23.09.2016 à 19h09

Parmi les 560 romans répertoriés par Livres Hebdo pour la rentrée littéraire 2016, les libraires ont plébiscité Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud), en littérature française, et Les bottes suédoises de Henning Mankell (Seuil), en littérature étrangère. Deux titres traitant, chacun à sa façon, de la condition humaine. S’intéressant à la déstabilisation du monde, le prix Goncourt 2004 pour Le soleil des Scorta en appelle à différents épisodes guerriers de l’histoire (guerres puniques, guerre de Sécession et guerre coloniale) pour dénoncer la barbarie des conflits et la vanité de toute conquête. Présent dans notre palmarès pour la cinquième fois en dix ans et numéro un pour la troisième fois (il l’avait été en 2008 avec La porte des enfers et en 2010 avec Ouragan), Laurent Gaudé confirme sa cote de popularité auprès des libraires qui apprécient toujours autant l’œuvre que l’homme et la maison d’édition. Avec Les bottes suédoises, écrit l’année de sa mort, en 2015, alors qu’il était déjà très malade, l’auteur de polar suédois Henning Mankell a lui aussi touché les libraires. "On sent dans ce livre les questionnements personnels de l’auteur sur la vieillesse et sur la mort, observe Annie Bruneteaux (Bruneteaux, à Laon). Le choisir était une façon de lui rendre hommage." Le roman s’impose d’ailleurs haut la main en première place quels que soient les circuits de vente, l’âge et le sexe des libraires. Seuls les gros lecteurs l’ont classé deuxième, derrière Emily St. John Mandel pour Station Eleven. Spécialisée elle aussi dans le policier, cette jeune auteure canadienne connaît une véritable consécration à l’échelle internationale avec ce roman de science-fiction qui se déroule dans un monde post-apocalyptique.

1er roman étranger : Les bottes suédoises de Henning Mankell, Seuil. Livre testament de l’auteur disparu il y a tout juste un an, Les bottes suédoises brosse le portrait d’un homme qui, à l’automne de sa vie, est amené à re - Photo FRANKIE FOUGANTHIN/CC BY SA 3.0

Saluant "l’ouverture" de cette rentrée littéraire, Frédérique Massot (La Rose des vents, à Dreux) ne cache pas son enthousiasme : "Il y a cette année, chez les auteurs français notamment, un engagement fort sur les problématiques de guerre, d’intolérance et de domination. C’est ce que j’attendais de la part de la littérature. Et je trouve qu’elle a su traiter ces sujets de façon judicieuse, sans cris ni haine."

Diversité de la production

Mais les libraires qui n’ont pas été attirés par ces problématiques ont aussi largement trouvé de quoi satisfaire leurs appétits de lecture. Beaucoup saluent d’ailleurs la diversité de la production et des thématiques de la rentrée 2016 : famille, histoire, social, nature… "Pas vraiment fan de la rentrée de septembre placée sous le signe de la course aux prix", Pascal Auréjac (Le Rouge et le noir, à Saint-Chély-d’Apcher) fonctionne aux coups de cœur et reconnaît en avoir eu quelques-uns, parmi lesquels Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby (Actes sud), Possédées de Frédéric Gros (Albin Michel), ou encore L’opticien de Lampedusa d’Emma-Jane Kirby (Les Equateurs).

La rentrée littéraire va-t-elle redynamiser la fréquentation ?

Source : Livres Hebdo/I+C - Les réponses des libraires par circuits

Malgré un démarrage des ventes un peu poussif, les libraires tablent sur la rentrée littéraire pour redynamiser la fréquentation de leur magasin. Leur optimisme apparaît même plus marqué que l’an dernier.

Nombre de livres lus dans le cadre de la rentrée littéraire

Pour la première fois depuis 2011, le nombre de livres lus est en progression par rapport à l’année précédente. Ce sont les libraires des grandes surfaces culturelles qui inversent le plus la tendance, avec une moyenne de deux livres supplémentaires lus cette année. Avec 14 livres en moyenne, ils se rapprochent de leurs confrères du second niveau (15 livres), tandis que ceux du premier niveau restent de loin les plus gros lecteurs (20 livres).

Méthodologie

Notre 12e palmarès Livres Hebdo/I+C des romans de la rentrée littéraire préférés des libraires a été réalisé sur la base d’une enquête par téléphone du 26 août au 10 septembre auprès d’un échantillon national de 303 libraires et responsables de rayons littérature, dont 146 dans des librairies de premier niveau, 86 dans des grandes surfaces culturelles et 71 dans des librairies de second niveau.

Il leur a été demandé de citer cinq romans français et cinq romans étrangers par ordre de préférence parmi ceux parus ou à paraître entre la mi-août et la mi-octobre. Notre classement a été établi en attribuant cinq points au premier choix de chacun, quatre au deuxième choix, trois au troisième, etc. Pour les romans français, la deuxième colonne indique le nombre de fois où le roman a été cité, toutes positions confondues.

Comme chaque année, à côté des auteurs phares, émergent du palmarès quelques primo-romanciers. C’est le cas, en littérature française, de Négar Djavadi avec Désorientale (15e), et surtout de Gaël Faye avec Petit pays, classé 3e. Déjà très médiatisé, couronné par le prix du Roman Fnac, il est nominé pour le Goncourt, le Femina et le Médicis. Mais, comme toujours, c’est du côté des étrangers que les découvertes sont les plus nombreuses, avec, cette année, cinq auteurs traduits pour la première fois : l’Italien Davide Enia avec Sur cette terre comme au ciel (3e), la Camerounaise Imbolo Mbue (6e) pour Voici venir les rêveurs ainsi que les Anglo-Saxons Emma Cline avec The girls (4e), Harry Parker et son Anatomie d’un soldat (10e), et Smith Henderson pour Yaak Valley, Montana (16e).

Les libraires ont également distingué Leïla Slimani pour son deuxième roman, Chanson douce (12e), nominé au Goncourt et au Flore, ainsi que Nickolas Butler, déjà repéré en 2014 avec Retour à Little Wing et à nouveau apprécié pour Des hommes de peu de foi (9e). Classé 11e dans le palmarès français, Marcus Malte, auteur de romans policiers et de livres pour la jeunesse, se fait lui aussi remarquer avec Le garçon, roman très apprécié des plus gros lecteurs, qui l’ont placé en deuxième position dans leurs choix. D’importants écarts par rapport à la moyenne du classement apparaissent également en fonction de l’âge des libraires. En littérature française, Laurent Mauvignier avec Continuer se voit nettement préféré par les plus de 35 ans tandis que Gaël Faye s’impose comme le chouchou des moins de 35 ans. Mais c’est surtout en littérature étrangère que les choix se démarquent. Ayant particulièrement apprécié Marlon James et sa volumineuse Brève histoire de sept meurtres, les moins de 35 ans plébiscitent, parmi leurs vingt préférés, huit titres qui ne figurent pas dans le classement général. Parmi ceux-ci Watership Down de Richard Adams (Flammarion), Un travail comme un autre de Virginia Reeves (Stock), Baby spot d’Isabel Alba (La Contre Allée) ou encore M pour Mabel d’Helen Macdonald (Fleuve éditions).

14 à 20 titres lus

Profitant de l’éclectisme de la production, les 300 libraires interrogés pour notre palmarès (voire méthodologie ci-dessous) ont confirmé leur appétit de lectures avec une moyenne individuelle de 14 à 20 titres lus. Surtout, ils en ont aimé davantage que les années précédentes : 241 au total, dont 138 côté français et 103 côté étranger, contre 205 en 2015 et 193 en 2014. Un ensemble de titres qui relève de plus de 80 maisons d’édition parmi lesquelles Actes Sud occupe une place de choix, avec Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé et Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby, respectivement numéro un et numéro deux du palmarès français.

Portés par la qualité des nouveautés, les libraires se montrent confiants sur la capacité de la rentrée à redynamiser la fréquentation de leur magasin, même si, à l’instar de Nadine Leimacher (Maison de la presse, à Haguenau), la plupart constatent un démarrage des ventes assez lent. Appréciant l’absence de grosse locomotive, Sylvie Hugel (Encrage, à Saint-Louis) a le sentiment que "les clients prennent davantage de temps pour flâner, faire leurs choix, sachant que rien ne s’impose. Du coup, ils nous sollicitent davantage et nous demandent conseils. A nous de les convaincre !" Ayant déjà lu une quarantaine de livres, Maïté Blatz (Le Roi livre, Paris 16e) se dit séduite par la production et confiante dans son potentiel commercial. "Quand je parle avec entrain d’un titre à un client, d’autres écoutent et, pour finir, ce n’est pas un exemplaire que je vends, mais plusieurs, assure-t-elle avec une belle énergie. Quand on est soi-même convaincu, on transmet plus facilement son enthousiasme."

Olivier Ducoin : "Faire venir les auteurs, un défi"

Olivier Ducoin - Photo DR

Librairie Colbert, Mont-Saint-Aignan

Responsable de la littérature générale chez Colbert, à Mont-Saint-Aignan, Olivier Ducoin estime avoir affaire à une rentrée "d’excellente qualité, riche en découvertes et en confirmations". Parmi ses coups de cœur, il cite spontanément La danse des vivants d’Antoine Rault (Albin Michel) et L’archipel d’une autre vie d’Andreï Makine (Seuil) : "un roman d’aventures et des grands espaces que l’on trouve habituellement plutôt chez les auteurs américains". S’il lit "en picorant au gré de [son] intuition, du nom de l’auteur, du thème abordé", ses commandes, en revanche, "sont très rationnelles, assure-t-il. On évalue le potentiel commercial de chaque titre avec les représentants, puis on affine en fonction de nos coups de cœur." Malgré son enthousiasme, Olivier Ducoin ne cache pas que, sur le plan commercial, la rentrée a débuté assez doucement. "L’absence de locomotive, comme il y en a eu l’an dernier avec Delphine de Vigan, rend le démarrage un peu plus compliqué. Les gens attendent souvent d’avoir entendu parler des livres avant de les acheter." Désireux d’accompagner la rentrée par des rencontres, le libraire sait toutefois que ce sera difficile. "Pour une librairie comme la nôtre qui n’est ni très grande, ni parisienne, c’est devenu un défi de faire venir des auteurs de la rentrée pendant la rentrée."

Sophie Manceau : "Un intérêt nouveau pour la nature sauvage"

Sophie Manceau - Photo OLIVIER DION

Librairie L’Arbre du Voyageur, Paris 5e

Saluant la "diversité de la production", Sophie Manceau, qui a repris L’Arbre du voyageur, à Paris (5e) en 2015, se dit "particulièrement motivée cette année par la rentrée littéraire française", qu’elle juge très ouverte dans ses thématiques.

"Il y a un intérêt nouveau pour la nature sauvage, évoquée à la fois chez Laurent Mauvignier, Céline Minard, Andreï Makine ou encore Sylvain Pruhomme", se réjouit-elle. Pour préparer la rentrée de septembre, l’équipe de L’Arbre du voyageur commence à s’y intéresser "dès le printemps et participe aux différentes rencontres organisées par les éditeurs avec les auteurs, précise la gérante. Cela nous permet de dégrossir le travail d’approche de nouveautés, mais aussi de rencontrer les auteurs et de poser des jalons pour de futures rencontres à la librairie. Car nous avons la volonté de relancer progressivement les animations en magasin." Pour l’heure, Sophie Manceau espère surtout une redynamisation de l’activité. "Depuis mai, c’est mou, déplore- t-elle. Et là je ne sens pas d’emballement. Nous vendons un peu de tout, certes, mais rien ne se démarque. Les gens attendent des confirmations pour acheter."

Charlotte Desmousseaux : "Travailler dans la durée"

Charlotte Desmousseaux - Photo DR

Librairie La Vie devant soi, Nantes

Charlotte Desmousseaux, qui a ouvert en 2015 à Nantes La Vie devant à soi, a "parcouru 70 nouveautés et en a terminé 30", avec, à la clé, quelques "belles surprises" comme Désorientale de Négar Djavadi (Liana Levi) et Hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin (Zoé). "Au début, la rentrée me semblait un peu chaotique, moins homogène que celle de l’année passée. Mais elle a progressivement pris forme : des thématiques fortes se dégagent autour de l’humain, mais aussi de l’histoire ou encore du social." Ce flottement initial, la jeune libraire le ressent aujourd’hui chez ses clients. "Alors qu’en janvier beaucoup sont venus acheter Envoyée spéciale de Jean Echenoz, sans rien demander, là ils nous questionnent sur nos coups de cœur. On sent qu’ils ont besoin d’être conseillés. Et si j’en juge par le bon niveau des ventes, ils se laissent convaincre."

Cependant, rappelle Charlotte Desmousseaux, "nous ne travaillons pas que l’actualité". Son programme d’animations en témoigne. "Les romanciers de la rentrée, je les recevrai plutôt au printemps", dit-elle. Au-delà des contraintes d’agendas, cela correspond à son souhait de "travailler dans la durée et de recevoir les auteurs après avoir sensibilisé les clients à leur œuvre. La rencontre permet d’accompagner l’auteur dans le temps."

Michel Sanche : "Prendre le train en marche"

Michel Sanche - Photo DR

Librairie Libellis, Narbonne

Cogérant de Libellis, à Narbonne, Michel Sanche se montre assez réservé sur la nouvelle rentrée littéraire. "Peu de titres m’ont vraiment emballé, reconnaît-il. A part Marcher droit, tourner en rond d’Emmanuel Venet (Verdier), un petit roman impertinent dénonçant avec humour les travers de la société. Ou encore Repose-toi sur moi de Serge Joncour (Flammarion). Il y a un signe qui ne trompe pas, c’est l’envie que j’ai, ou pas, le soir, à retrouver le livre que je suis en train de lire." Mais le libraire s’inquiète surtout de l’absence de locomotive : "Tout ce qui n’est pas connu est difficile à vendre, même auprès des clients qui nous font confiance et nous demandent des conseils." Pour l’instant, Michel Sanche fait d’ailleurs une moins bonne rentrée que l’an dernier, avec des ventes très disparates. Commençant à travailler les nouveautés à partir de juillet, lorsqu’il reçoit les services de presse, il reconnaît qu’il est vite "amené à prendre le train en marche". Il sait qu’au fil de ses futures lectures il découvrira de nouveaux titres qu’il aura envie de défendre. Déjà il évoque sa prometteuse lecture en cours : La toubabesse de Louis-Ferdinand Despreez (La Différence).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités