Omar Benlaâla, lauréat du prix de la Porte dorée 2019 | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 18.04.2019 à 20h30 Proclamation

Omar Benlaâla, lauréat du prix de la Porte dorée 2019

Omar Benlaala - Photo M. RAMOS

Le jury, composé notamment de lycéens, a choisi Tu n'habiteras jamais Paris (Flammarion) pour la dixième édition du prix, doté de 4000 euros.

Présidé par Maylis de Kerangal, le jury du 10e prix de la Porte dorée a distingué Omar Benlaâla pour Tu n'habiteras jamais Paris, paru en septembre chez Flammarion. 

Décerné par le Musée de l’Histoire de l’immigration, ce prix doté de 4000 euros récompense chaque année une fiction française écrite sous le thème de l’immigration, de l’exil, des identités plurielles ou de l’altérité.

Dans son Tu n'habiteras jamais Paris, l'auteur recueille les souvenirs de son père, Bouzid, un maçon venu de Kabylie à Paris en 1963. Un troisième personnage entre dans le récit, Martin Nadaud, né en 1815 dans la Creuse puis venu s'installer dans l'Est parisien avant de devenir un des rares députés ouvriers. Ces trois parcours dessinent une histoire de France construite par le peuple des humbles.

Le jury du prix de la Porte Dorée 2019

Mohamed Mbougar Sarr, lauréat 2018 du prix de la Porte Dorée
Anouche Kunth, historienne, chercheure au CNRS
Judith Roze, directrice du Département Langue française, Livre et Savoirs de l’Institut français
Alexis Nuselovici (Nouss), titulaire de la chaire “Exil et migrations” au Collège d’études mondiales (FMSH)
Philippe Colomb, journaliste à RFI
Mustapha Harzoune, critique littéraire
Philippe Colomb, conservateur des bibliothèques, directeur adjoint de la Bibliothèque Françoise Sagan
Agnès Fontana, directrice de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité
Les élèves Lou Brezot et Max Firla du lycée Eugène Hénaff (Bagnolet), Pauline Pourrier et Megven Clavé du lycée Jules Verne (Cergy), Céleste Brunnquell et Lou Tardif-Cohen du lycée Jacques Decour (Paris), et leurs professeurs respectifs Guillaume Augustin, Véronique Dumas et Vanessa de Hillerin
 
close

S’abonner à #La Lettre