Rétrospective 2015

Mars : "Il était une fois La Hune"

La Hune en 2015. - Photo OLIVIER DION

Mars : "Il était une fois La Hune"

La fermeture, en mars, de la librairie phare du Paris intellectuel et artistique de la seconde moitié du XXe siècle, a donné lieu à une analyse rétrospective dans Livres Hebdo du 6 mars 2015. 

Par Pierre Georges,
Créé le 16.12.2015 à 14h00,
Mis à jour le 16.12.2015 à 15h22

Le 6 mars dernier, dans Livres Hebdo n°1032, Clarisse Normand a reconstitué à l'occasion de la fermeture de La Hune, à Saint-Germain-des-Prés, toute l'histoire de cette librairie mythique du Paris intellectuel de l'après-guerre, évoquant aussi plus largement les mutations de la capitale. 

"Il reste que, derrière le cas de La Hune, se pose plus globalement la question de l’avenir des "librairies charpentes", ces grands établissements historiques qui, pour beaucoup, vont devoir faire l’objet de transmissions dans les prochaines années", concluait Clarisse Normand.

La fermeture de ce lieu emblématique a entraîné de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Depuis début novembre, elle est sous l'enseigne de Yellow Corner.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
S

Sue Rynski

il y a 4 ans à 14 h 15

Je suis allez voir la nouvelle La Hune hier pour la première fois. J'ai monté directement au 1ere étage voir l'exposition de photographies d'Elliott Erwitt. L'espace galerie est grande, chaleureuse et occupe toute l'étage. Contente de retrouver des expos de nouveau sous le nom La Hune...nostalgie des années 70 à deux pas de là où la galerie La Hune m'a fait découvrir Duane Michals, Les Krims, Chuck Close et d'autres.. En ce qui concerne le rdc de l'actuelle La Hune, les deux espaces distinctes : librairie exclusivement teNeus et étalonnages de photos-marchandises encadrées Yellow Corner, paraissent comme des espaces louées style grands magasins. Cette cohabitation de l'art et du commerce n'est pas convaincant.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités