Cinéma

"D’ici cinquante ans, il n’y aura plus moyen de distinguer les réponses données par un homme ou un ordinateur", écrit en 1950 le mathématicien Alan Turing dans son article "Computing machinery and intelligence" à propos de l’intelligence artificielle. C’est ce qu’il appelle "Imitation game" (jeu de l’imitation), par ailleurs titre du film de Morten Tyldum en salle le 28 janvier prochain, adapté de la biographie d’Andrew Hodges, Alan Turing : le génie qui a décrypté les codes secrets nazis et inventé l’ordinateur, à paraître le 15 janvier chez Michel Lafon. Dans L’homme qui en savait trop, le 2 janvier chez Robert Laffont, Laurent Alexandre et David Angevin reviennent aussi sur la vie du génial cryptographe condamné pour son homosexualité à la castration chimique. Plusieurs ouvrages ont déjà évoqué l’étonnant et excentrique informaticien, mort en 1954 en croquant une pomme empoisonnée, notamment La pomme d’Alan Turing de Philippe Langenieux-Villard (Ed. Héloïse d’Ormesson) et Alan Turing : l’homme qui a croqué la pomme de Laurent Lemire (Fayard). Une légende tenace - et démentie - y voit l’origine du logo d’Apple, la firme de Steve Jobs - dont des entretiens viennent d’être regroupés dans Le livre de Jobs (Huginn & Muninn). Interprète talentueux d’Alan Turing dans Imitation game, Benedict Cumberbatch (Sherlock, Le Hobbit) jouait déjà en 2004 le rôle-titre de Hawking, ce physicien qui appelait en 2012, avec onze autres scientifiques, le gouvernement britannique à annuler la condamnation de Turing, à titre posthume. Celui qui déclarait le mois dernier sur la BBC : "Je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine" fait lui-même l’objet d’un film de James Marsh, Une merveilleuse histoire du temps, en salle le 21 janvier. Adapté du livre, inédit en France, Travelling to infinity : my life with Stephen de sa première épouse, Jane Hawking, le biopic évoque notamment la dystrophie neuromusculaire du scientifique, dont l’autobiographie La brève histoire de ma vie et la biographie L’incroyable Stephen Hawking par Kitty Ferguson sont parues chez Flammarion (et chez J’ai lu pour l’autobiographie). Marie-Christine Imbault


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités