Lille : deux librairies vandalisées ce week-end | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 24.09.2018 à 16h04 (mis à jour le 24.09.2018 à 17h00) Faits divers

Lille : deux librairies vandalisées ce week-end

Devanture vandalisée de la Place Ronde, librairie lilloise - Photo FABIENNE VAN HULLE

Ce week-end, les vitrines de deux librairies lilloises ont été vandalisées à l'aide de pavés. On ignore les motivations de ces actes.

La librairie Place ronde, située au cœur de Lille, place de Strasbourg, a été fracassée dans la nuit de samedi à dimanche. Un bloc de béton a traversé la vitrine, couvrant de bouts de verre les livres exposés. Ce sont les voisins qui ont constaté les dégâts, et ont contacté la gérante, Fabienne Van Hulle. Jointe par Livres Hebdo, celle-ci dit ignorer les raisons qui ont pu pousser à l’acte. "J’espère que ce n’est pas contre les idées ou contre les livres" déclare-t-elle. La libraire a déposé plainte ce matin.
 
Ouverte depuis avril, la Place ronde propose un concept novateur de librairie "Bed and breakfast", où les clients peuvent lire un livre avant de s’endormir dans un des deux appartements proposés à la location via la plateforme AirBnB. En juillet déjà, une tentative d’effraction avait échoué.

L’inauguration de l'établissement, prévue ce vendredi 26 septembre, est maintenue malgré les événements. Elle se fera en présence de Karine Tuil qui viendra dédicacer son ouvrage L’insousiance (Gallimard, 2016). "Le courage et la volonté ne sont pas affectés, on sera là pour fêter le livre", indique Fabienne Van Hulle.
 
La librairie Meura, placée derrière le palais des Beaux-Arts, rue de Valmy, a connu le même sort un jour plus tôt. Dans la nuit de vendredi à samedi, la devanture de cette institution bien connue des étudiants pour son catalogue de manuels a été vandalisée à l’aide d’une pierre.

Quelques messages d’indignation et de soutien aux librairies ont été publiés ce matin sur les réseaux sociaux. La plupart dénonçent une atteinte à la culture et réclament une réaction des pouvoirs publics. En vain, pour l'instant.
close

S’abonner à #La Lettre