Disparition

L'humoriste Jean-Yves Lafesse est mort

Jean-Yves Lafesse

L'humoriste Jean-Yves Lafesse est mort

Roi des impostures et scénariste de bande dessinée sur le tard, Jean-Yves Lafesse avait 64 ans.

Par Vincy Thomas,
avec AFP,
Créé le 23.07.2021 à 16h06,
Mis à jour le 23.07.2021 à 17h00

L’humoriste Jean-Yves Lafesse, réputé pour ses canulars téléphoniques, est décédé jeudi à Vannes à l’âge de 64 ans, a annoncé vendredi sa famille à l’AFP.

Né le 13 mars 1957 à Pontivy (Morbihan), ce précurseur des gags par caméra cachée et des canulars téléphoniques souffrait de la maladie de Charcot, diagnostiquée il y a un an, a-t-on indiqué de même source.

L’artiste avait débuté à la radio dans les années 1980, au moment de l’éclosion des radios libres, notamment sur Radio Nova. Repéré par les télévisions (Canal+, France 2, France 3, M6, Paris Première…), sa carrière était lancée quelques années plus tard. Parallèlement à la télévision, à la radio (Europe 1) et à ses spectacles, il prête ses talents de comédien à plusieurs réalisateurs pour le cinéma, comme à Pascal Chaumeil, dans L’arnacœur (2010), ou à Mélanie Auffret dans Roxane, sorti en 2019, ou la télévision, où il a incarné Pierre Dac dans La guerre des ondes.

Retraite en Bretagne

Le confinement semblait avoir encore renforcé sa popularité. Interrogé en mai 2020 par France 3 Bretagne, il déclarait : "J’ai joué mon rôle (depuis le début du confinement). Celui de déconneur professionnel. J’ai mis régulièrement en ligne des petites vidéos humoristiques sur ma page Facebook. Je suis passé de 180 000 à 300 000 abonnés durant le confinement. La preuve que le rire reste indispensable en toutes circonstances."

Jean-Yves Lafesse, de son vrai nom Jean-Yves Lambert, était revenu vivre en Bretagne, à Vannes, il y a deux ans. "J’ai passé quarante-trois ans à Paris, mais la Bretagne me manquait. Ma relation avec la région est naturelle et très forte", avait-il dit.

Ses impostures ont été réunies dans trois recueils : Les grandes impostures téléphoniques (Ramsey, 1992), Petit précis de l’imposture (Michel Lafon, 1994) et 300 grammes de Lafesse (Cherche midi, 2011). Par ailleurs, il avait écrit le scénario de la bande dessinée Punk Mamy, parue chez Jungle en 2019.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités