Les héritiers de Michael Ende gagnent leur procès contre un avocat | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 21.03.2019 à 19h56 (mis à jour le 21.03.2019 à 20h00) Adaptation

Les héritiers de Michael Ende gagnent leur procès contre un avocat

L'histoire sans fin, film de Wolfgant Petersen

La cour d'appel de Munich a confirmé que les héritiers de Michael Ender devaient être les seuls à bénéficier des droits de l'œuvre de l'auteur, dont son best-seller L'histoire sans fin.

Les héritiers de l'auteur allemand Michael Ende ont obtenu gain de cause jeudi 21 mars en justice sur l'utilisation, contestée par un avocat, des droits sur l'oeuvre "L'Histoire sans fin", adaptée au cinéma.

La cour d'appel de Munich a jugé jeudi que les héritiers de l'écrivain, auteur de plusieurs livres pour enfants mais aussi pour adultes, devaient seuls bénéficier des droits, notamment de merchandising, de ce roman à succès et de ses adaptations sur grand écran.

Un avocat, qui avait servi en 1984 d'intermédiaire entre Ende et les producteurs du film, et le fils de l'auteur se disputaient depuis plusieurs années le bénéfice de ces droits. Cet avocat affirmait que l'écrivain lui avait assuré à vie les droits de commercialisation, ce que contestaient vigoureusement les héritiers. 

L'auteur détestait le film

La cour d'appel leur a donné raison: les droits sur L'Histoire sans fin leur reviennent intégralement.

Publié en 1979 (et en France en 1984 chez Stock), L'Histoire sans fin est considéré comme un classique de la littérature de jeunesse, vendu à des millions d'exemplaires dans le monde.

Cette histoire d'un jeune garçon qui vole un roman dans une librairie, avant d'être propulsé dans l'histoire de l'ouvrage, a fait l'objet d'une co-production germano-américaine en 1984, réalisée par Wolfgang Petersen. Le succès du film - en France, il a attiré près de 800000 spectateurs à l'époque - a conduit à la production de deux suites et d'une série animée. Quelques jeux vidéos se sont aussi inspirés de ce récit.

Décédé en 1995, Michael Ende avait détesté le film et avait réclamé (et obtenu) que son nom soit retiré du générique.

 

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre