Disparition

L'éditeur et peintre René Moreu est mort

René Moreu - Photo DR.

L'éditeur et peintre René Moreu est mort

Le fondateur du journal Vaillant, qui révéla le dessinateur Tabary, et peintre de l'Art singulier, dont Actes Sud publie en juin une monographie, s'est éteint à la veille de son centième anniversaire.

Par Vincy Thomas,
avec AFP,
Créé le 18.05.2020 à 15h31,
Mis à jour le 18.05.2020 à 21h05

Le peintre René Moreu, ancien Résistant et fondateur à la Libération du journal Vaillant, ancêtre de Pif Gadget, est mort samedi à quelques mois de son 100e anniversaire, annonce lundi le journal L'Humanité. Depuis les années 1960, il se consacrait à l'illustration et à la peinture.

Figure discrète mais incontournable de la bande dessinée, il avait été rédacteur en chef de Vaillant, magazine pour la jeunesse créé par le PCF en 1945 et dans lequel ont débuté certains des plus grands noms de la BD, comme Tabary et Forton. Le magazine s'est arrêté en 1969, Pif Gadget lui succédant jusqu'à sa fin, en 1993.

Né à Nice le 11 novembre 1920, René Moreu se forme au métier d’imprimeur et entre en Résistance dès 1940. Bien que malvoyant à la suite d’une grave maladie rétinienne contractée en 1943, il crée le personnage de Riquiqui le petit ours en 1950. Pour le très jeune public, il développera aussi le personnage de Roudoudou. En 1953, grâce à la guérison partielle de ses yeux par des implants de placenta, il entame une carrière de peintre et d'illustrateur.

A l'œil nu

Comme illustrateur il participe à de nombreux livres pour enfants, notamment aux Editions La Farandole. Il y publie aussi, en 1983, Arnal une vie de Pif, une biographie consacrée à José Cabrero Arnal, créateur du personnage de Pif le chien et républicain espagnol déporté. Il est aussi maquettiste pour des publications de la presse communiste. Comme peintre, il est rattaché à l'Art singulier, exposant notamment à la Halle Saint-Pierre, en 2003-2004, à Paris. En 2008, les éditions des Vanneaux avaient publié Je sais un artichaut encore plus beau qu'un porte-bouteilles, qui mettait en miroir ses œuvres et ses réflexions.

Une première monographie d’ampleur sur son œuvre, L’Œil nu. Que la nature soit peinture, sortira le 3 juin chez Actes Sud.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités