Le prix Méditerranée 2009 a été attribué à Alexandre Najjar pour son roman Phénicia (Plon) au deuxième tour, par onze voix contre deux à Gérard de Cortanze (Indigo, Plon).

Né à Beyrouth en 1967, auteur de romans historiques, de récits, de biographies traduits dans une douzaine de langues, Alexandre Najjar est considéré comme l'un des meilleurs écrivains francophones de sa génération. Il a obtenu, en 1990, la Bourse de l'écrivain de la Fondation Hachette et en 1996 le Prix littéraire de l'Asie. Il vit entre Paris et Beyrouth où il exerce le métier d'avocat et les fonctions de conseiller au ministère libanais de la Culture.

Le prix Méditerranée étranger 2009 a couronné quant à lui le livre de l'espagnole Almuneda Grandes, Le coeur glacé (Lattès), également au deuxième tour, par dix voix contre trois à Niccolo Ammaniti (Comme Dieu le veut, Grasset).

Une mention spéciale du jury est allée à Alain de Savigny pour son roman L'espionne ottomane (Koutoubia). En décernant cette mention, le prix Méditerranée a voulu non seulement consacrer un roman historique centré sur la Méditerranée au temps de Soliman le Magnifique, mais aussi saluer la naissance des éditions Koutoubia.

Le jury, présidé par Dominique Fernandez, de l'Académie française, était réuni dans les salons du conseil constitutionnel en présence de son président Jean-Louis Debré, d'Yves Gazzo, chef de la Représentation en France de la Commission Européenne et de Renaud Muselier, Président du Conseil Culturel de l'Union pour la Méditerranée.

Le prix Méditerranée est parrainé par la Ville de Perpignan, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, la Région Languedoc-Roussillon et la Caisse d'Epargne du Languedoc-Roussillon.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités