Grands prix d'automne

Le Femina livre ses premières sélections 2017

Arno Bertina - Photo FRANCESCA MANTOVANI/GALLIMARD

Le Femina livre ses premières sélections 2017

Le jury du Femina a dévoilé jeudi 14 septembre deux listes composées de 15 romans français et de 13 romans étrangers.

Par Isabel Contreras,
Créé le 14.09.2017 à 17h35,
Mis à jour le 15.09.2017 à 15h19

Quinze romans français et treize romans étrangers composent la première sélection du prix Femina 2017.

Une grande partie des auteurs retenus a déjà eu les honneurs des sélections des autres grands prix d'automne, notamment Alice Zeniter, Philippe Jaenada et Véronique Olmi. Mais c'est surtout François-Henri Désérable qui fait le plein. Avec Un certain M. Pikielny (Gallimard), l'auteur a été retenu par le Goncourt, le Renaudot et le Médicis, et le voilà désormais inscrit au Femina.

A noter également que le jury n'a retenu qu'un seul primoromancier, Jean-Baptiste Andréa.

Gallimard et Albin Michel sont les deux maisons qui ont placé le plus de titres, avec quatre romans chacune. Les prochaines sélections auront lieu les 4 et 17 octobre, avant la remise des prix le 8 novembre.

Romans français
  • L'avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic (L'Olivier)
  • Ma reine de Jean-Baptiste Andrea (L'Iconoclaste)
  • Des châteaux qui brûlent d'Arno Bertina (Verticales)
  • Indocile d'Yves Bichet (Mercure de France)
  • Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages)
  • Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard)
  • Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud (Flammarion)
  • Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Gallimard)
  • La serpe de Philippe Jaenada (Julliard)
  • Kong de Michel Le Bris (Grasset)
  • L'empereur à pied de Charif Madjalani, (Seuil)
  • Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel)
  • Le songe du photographe de Patricia Reznikov (Albin Michel)
  • L'ordre du jour d'Eric Vuillard (Actes Sud)
  • L'art de perdre d'Alice Zeniter (Flammarion).
Romans étrangers
  • C'est le cœur qui lâche en dernier de Margaret Atwood traduit de l'anglais par Michèle Albaret-Maatsch (Robert Laffont)
  • Le cœur battant de nos mères de Britt Bennett traduit de l'anglais par Jean Esch (Autrement)
  • Les huit montagnes de Paolo Cognetti traduit de l'italien par Anita Rochedy (Stock)
  • Vous n'êtes pas venus au monde pour rester seuls d'Eivind Hofstad Evjemo traduit du norvégien par Terje Sinding (Grasset)
  • Vera de Karl Geary traduit de l'anglais par Céline Leroy (Rivages)
  • Le passé de Tessa Hadley traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet (Bourgois)
  • La salle de bal d'Anna Hope traduit de l'anglais par Elodie Leplat (Gallimard)
  • Aux confins du monde de Karl Ove Knausgaard traduit du norvégien par Marie-Pierre Fiquet (Denoël)
  • La vie en temps de paix de Francesco Pecorao traduit de l'italien par Marc Lesage (J-C. Lattès)
  • Cox ou la course du temps de Christoph Ransmayr traduit de l'allemand par Bernard Kreiss (Albin Michel)
  • La tanche d'Inge Schilperoord traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Belfond)
  • Underground Railroad de Colson Whitehead traduit de l'américain par Serge Chauvin (Albin Michel)
  • Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till de John Edgar Wideman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Catherine Richard-Mas (Gallimard).
14.09 2017

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités