La réforme des collectivités territoriales a été adoptée | Livres Hebdo

Par Catherine Andreucci, avec ca, le 17.11.2010

La réforme des collectivités territoriales a été adoptée

L'hémicycle de l'Assemblée nationale ©DR

Les collectivités territoriales pourront toujours mener des politiques culturelles en dehors des compétences que leur attribue la loi, mais les élus et les professionnels du livre craignent une réduction de leurs moyens financiers.

La réforme des collectivités territoriales a été définitivement adoptée par le Parlement mercredi 17 novembre. Si le texte prévoit que les collectivités territoriales pourront toujours intervenir dans le domaine culturel, des inquiétudes persistent quant aux moyens financiers dont elles disposeront pour continuer à mener des politiques culturelles.

A ce jour, plus de 1 300 professionnels du livre et élus territoriaux ont signé le Manifeste pour le livre et la lecture diffusé depuis début novembre par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill), qui estime que, « 30 ans après les premières décentralisations, l'existence des politiques du livre et de la lecture publique de l'ensemble des collectivités est remise en question. Annoncer qu'on ne touchera pas au maintien de la compétence générale en matière culturelle sans donner les moyens de l'exercer, c'est porter un coup fatal à l'action culturelle sans en assumer la responsabilité. En effet, si les financements de l'action culturelle des collectivités ne sont pas garantis, si celles-ci sont contraintes de se cantonner à leurs compétences légales, le résultat sera le même : les politiques du livre se déliteront ».

Le budget 2011 de l'Etat, qui devait être voté mercredi 17 novembre à l'Assemblée nationale, est pointé du doigt par les élus à la culture, qui contestent les modifications fiscales et le gel pour 3 ans des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales.

La veille du vote, Karine Gloanec-Maurin, vice-présidente (PS) de la région Centre et présidente de la commission Culture de l'Association des régions de France, expliquait à Livres Hebdo : « Dans ce contexte, ce ne seront pas les compétences optionnelles qui seront privilégiées, mais les compétences obligatoires. Nous craignons que la culture pâtisse de cette configuration de budget contraint. »

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre