Etude

Des acteurs et des structures hétérogènes et des problèmes de trésorerie pour près de 60 % des librairies du panel. Tels sont les deux principaux constats de l’étude sur la librairie indépendante en Haute-Normandie menée conjointement au printemps 2014 par Michel Ollendorff et l’Agence régionale du livre (ARL), et dévoilée fin janvier. L’enquête menée auprès de 35 points de vente, sur les 41 que compte la région, dresse un tableau sensiblement similaire à celui dépeint par les études conduites dernièrement dans d’autres régions : trésorerie tendue, similitude des principaux postes de charges (masse salariale, loyer, transport), besoin unanime en formation freiné par une indisponibilité quasi permanente, animations assurant le rôle culturel de la librairie et inquiétude face au commerce des livres numériques. Sophie Fauché, chargée de l’étude pour l’ARL, note cependant avoir "été relativement surprise par le nombre de très petites librairies". 56 % des magasins dégagent un chiffre d’affaires inférieur à 300 000 euros. Pour six d’entre eux, il est même inférieur à 100 000 euros. "Dans ces cas, cela tient plus du maillage territorial que de la librairie, et cela pèse sans doute dans la proportion élevée des librairies en difficulté de trésorerie", observe-t-elle.

Dans ce contexte, à côté des traditionnelles actions de formation et d’accompagnement financier, le document recommande la mise en place d’une "expertise individuelle et fine des librairies avec l’établissement d’un diagnostic suivi d’un plan d’action", dont les modalités restent encore à définir. Le contrat à venir entre le CNL, la Drac et la Région devrait apporter une partie des réponses.

Cécile Charonnat


13.02 2015

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités