Isabelle Adjani porte "Les visages écrasés" de Marin Ledun | Livres Hebdo

Par Pauline Leduc, le 06.12.2016 à 19h06 (mis à jour le 06.12.2016 à 20h00) Cinéma

Isabelle Adjani porte "Les visages écrasés" de Marin Ledun

Isabelle Adjani dans "Carole Matthieu" de Louis-Julien Petit. - Photo ELEMIAH-M

Avec Carole Matthieu, tiré du roman de Marin Ledun Les visages écrasés, en salle ce mercredi 7 décembre, Louis-Julien Petit offre un rôle bouleversant à Isabelle Adjani. Trois autres adaptations font irruption sur les écrans cette semaine. 

Après avoir été diffusé sur Arte le 20 novembre, Carole Matthieu, film français de Louis-Julien Petit adapté du roman de Marin Ledun Les visages écrasés (Seuil) arrive dans les salles de cinéma mercredi 7 décembre. Porté par Isabelle Adjani, qui était, mardi matin, l’invitée de l’émission "Boomerang", d’Augustin Trapenard sur France Inter, ce drame aux allures de thriller met en scène une médecin du travail qui, révoltée par l’injustice et l’oppression que subissent les employés de son entreprise, va aller jusqu’au bout pour les soulager. Initialement paru en 2011 au Seuil et salué par la critique, l’ouvrage de Marin Ledun, épuisé jusqu’alors, vient d’être réédité en Points le 1er décembre.
 
Autre adaptation attendue ce mercredi celle de Body Art, de l’américain Don DeLillo (Actes Sud, 2001), pourtant réputé inadaptable, qui prend vie face à la caméra de Benoît Jacquot dans A jamais. Un huis clos sensuel, porté par Mathieu Amalric, Julia Roy et Jeanne Balibar.

Avec Salt and Fire, du cinéaste allemand Werner Herzog, un autre auteur américain voit son œuvre arriver au cinéma: le film s’appuie sur une nouvelle de l’écrivain Tom Bissell parue dans le recueil Dieu vit à Saint-Pétersbourg (Albin Michel, 2007).
 
Enfin, les amateurs de science-fiction en général, et d’extraterrestres en particulier, ne seront pas en reste avec la production américaine Premier contact, du Canadien Denis Villeneuve, tirée d’une nouvelle de Ted Chiang parue chez Gallimard, en Folio SF, dans le recueil La tour de Babylone.
close

S’abonner à #La Lettre