Ventes

Quatre mois après le début des manifestations hebdomadaires des « gilets jaunes », le bilan est lourd pour de nombreuses librairies. A Paris, Fontaine Haussmann vient seulement de retrouver la lumière naturelle après la réparation de sa vitrine démolie le 8 décembre. Son activité, "en baisse de 6 % depuis novembre et de 25 % les samedis,commence à retrouver un rythme plus normal mais l'ambiance du samedi a changé, le petit plaisir de flânerie en librairie a disparu", observe son gérant, Philippe Aubier.

A Bordeaux, les librairies du centre-ville accusent des baisses de 10 à 30 % tous les samedis depuis novembre. Un impact toutefois atténué par des reports d'achats sur les jours de la semaine. A La Machine à lire, Hélène des Ligneris a « modifié, sans les alléger, les plannings de travail ». La librairie Mollat, où l'activité affiche une baisse moyenne de 19 % les samedis, est désormais ouverte tous les dimanches comme le lui permet sa situation en zone touristique. « A défaut du samedi, les clients peuvent venir le dimanche, résume Denis Mollat. Ce jour là, la librairie fonctionne avec deux titulaires et des emplois étudiants : son slogan est "le dimanche, le libraire chez Mollat, c'est vous !". »

A Toulouse, également très touchée par les manifestations, Gibert Joseph se voit obligé de fermer tous les samedis à partir de 15 heures et Privat accuse des chutes de 40 % ce jour-là. Chez Ombres blanches, Emmanuelle Sicard enregistre des replis de 20 % le samedi, mais pointe « des changements des habitudes d'achats avec un lissage sur la semaine et une montée en puissance du vendredi, du moins pour la clientèle de centre-ville. Celle de périphérie risque de prendre des habitudes ailleurs, notamment dans les centres commerciaux ou sur Internet. »

En fonction de leur situation géographique, tous les commerces ne sont pas exposés de la même façon. En témoigne Philippe Touron, directeur des librairies parisiennes du groupe Madrigall : si Delamain (1er) et la librairie Gallimard (7e) sont pénalisées, Le Divan (15e) et la Librairie de Paris (17e)se portent bien et conservent leur clientèle locale le samedi.






15.03 2019

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités