Edmond met le cap sur les salles | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 08.01.2019 à 16h21 (mis à jour le 15.01.2019 à 11h57) Cinéma

Edmond met le cap sur les salles

Edmond - Photo GAUMONT

Edmond, adaptation de la pièce de théâtre à succès d'Alexis Michalik, Les invisibles d'après une enquête de Claire Lajeunie, L'heure de la sortie, transposition du premier roman de Christophe Dufossé, L'ange, biopic du plus grand criminel argentin, et Border tiré d'une nouvelle de John Ajvide Lindqvist sortent au cinéma le 9 janvier.

Alexis Michalik adapte lui-même sa pièce de théâtre à succès, Edmond, jouée depuis 2016 au théâtre du Palais-Royal. A l’origine, l’auteur avait écrit cette genèse de Cyrano de Bergerac pour le cinéma. Faute de financement, le scénario a été transposé pour la scène. La biographie romanesque a été publiée en 2016 chez Albin Michel. Léonard Chemineau l’a adaptée en bande dessinée chez Rue de Sèvres en octobre. Le Livre de poche vient de sortir sa version poche la semaine dernière, avec l’affiche du film en couverture. Par ailleurs, Magnard a édité la pièce avec une étude de texte, toujours en format poche, en juin dernier. Pour les scolaires, Gallimard publie cette semaine en poche, chez Folio, la pièce Cyrano de Bergerac, avec une interview d'Alexis Michalik.
 
Edmond se déroule fin 1897. Edmond Rostand sort d’un échec, La princesse lointaine, malgré Sarah Bernhardt en tête d’affiche. Après deux ans de pages blanches, il doit proposer quelque chose pour les fêtes. Dans un contexte houleux, avec un entourage qui ne lui facilite pas la tâche, il imagine une comédie héroïque dont il n’a que le titre, Cyrano de Bergerac.
 

 
Alexis Michalik a toujours eu comme référence le film Shakespeare in love, sorti il y a vingt ans (et oscar du Meilleur film). Sa pièce et son film sont inspirés par ce mélange de romance, de mélo, de comédie et de faits biographiques.
 
Edmond a reçu en 2017 cinq Molières (dont meilleure pièce, meilleur auteur et meilleure mise en scène). Le film sort dans les salles le 9 janvier. A noter aussi la diffusion du 8 au 14 janvier de Cyrano de Bergerac, la pièce de la Comédie-Française mise en scène par Bruno Podalydès en 2017 dans les salles du groupe Pathé. Enfin, signalons que certains UGC projetteront le film Cyrano de Jean-Paul Rappeneau, en version restaurée, ce jeudi 10 janvier.
 

Et aussi dans les salles...

Les invisibles. Louis-Julien Petit adapte librement l'enquête de Claire Lajeunie, Sur la route des invisibles: femmes dans la rue, publié chez Michalon en 2015. Avec Audrey Lamy, Noémie Lvovsky et Corinne Masiero, cette immersion dans un centre de jour pour les femmes sans abri et extrêmement pauvres est un coup de poing et un coup de cœur. Le film devrait trouver facilement son public grâce à son mélange d'émotion et de comédie.

L'heure de la sortie. Sébastien Marnier (Irréprochable) adapte le roman éponyme de Christophe Dufossé, paru en 2002 chez Denoël et en poche chez Folio en 2004. Le livre avait reçu le prix du Premier roman. Ce thriller inquiétant, avec Laurent Lafitte, Emmanuelle Bercot et Pascal Greggory, commence par la défenestration d'un professeur de français. Le remplaçant se demande alors si les élèves, manipulateurs et surdoués, ne seraient pas coupables...

L'Ange. Film argentin de Luis Ortega présenté à Cannes l'an dernier. Ce biopic d'une des figures criminelles les plus fascinantes de l'histoire argentine s'est inspiré de nombreux articles, portraits autour de "Robledo Puch", ado ambivalent et fascinant, aux airs angéliques qui est devenu meurtrier, cambrioleur, kidnapper et violeur. Il a été arrêté à l'âge de 22 ans et purge toujours sa peine depuis 1972. Le scénario s'est aussi largement inspiré d'une biographie, écrite par Rodolfo Palacios, El Angel Negro, inédite en France, est parue chez Aguilar en 2010.

Border. Ali Abbasi a reçu le prix "Un certain regard" à Cannes avec cette histoire insolite où deux êtres étranges et solitaires sont attirés l'un par l'autre. Film dérangeant, il s'agit de l'adaptation d'une nouvelle inédite en France de John Ajvide Lindqvist.
close

S’abonner à #La Lettre