Dossier

Dossier Bande dessinée : la vie sans héros

Librairie Album, Paris - Photo OLIVIER DION

Dossier Bande dessinée : la vie sans héros

Après un premier semestre morne, Astérix et d’autres locomotives ont dopé la fin de 2017. L’année 2018 sera moins chargée en héros, mais les éditeurs développent d’autres projets, continuant d’innover dans la bande dessinée du réel et les documents. A la veille du 45e Festival d’Angoulême, tour d’horizon des stratégies pour décrocher de la héros-dépendance.

J’achète l’article 4.5 €

Par Benjamin Roure,
Créé le 19.01.2018 à 00h00,
Mis à jour le 19.01.2018 à 12h36

Si l’on écoute les grands éditeurs de la place, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. A l’image de celui de la jeunesse, le marché de la BD va bon train, plus souriant que d’autres secteurs du livre davantage à la peine. Il peut compter à la fois sur ses grands héros immortels et sur le développement du roman graphique et de la BD documentaire. Parmi les héros, Astérix et la Transitalique et ses deux millions d’exemplaires tirés ont dominé l’automne, biaisant de toute évidence l’analyse globale du marché. Derrière lui, et ce n’est pas rien, Titeuf et Largo Winch étaient bien présents, tout comme Le Chat, Corto Maltese et Les vieux fourneaux. Cette dernière série est "notre plus gros succès des trois ou quatre dernières années, avec un million d’exemplaires vendus des quatre tomes", se félicite Benoît Pollet, directeur général de Dargaud depuis la rentrée. "Et cela devrait se poursuivre, avec la sortie du film et celle d’un nouveau tome fin 2018."

"Les vieux fourneaux est notre plus gros succès des trois ou quatre dernières années, avec un million d’exemplaires vendus des quatre tomes." Benoît Pollet, Dargaud - Photo OLIVIER DION

Dargaud compte d’autres poids lourds dans son catalogue, qui reviendront aussi en fin d’année, Lucky Luke et Blake et Mortimer. Mais sur 2017, c’est Valérian qui s’est imposé, grâce au film de Luc Besson et à la remise en avant du fonds : "Nous avons vendu 200 000 albums, soit dix fois plus que lors d’une année traditionnelle."

La saisonnalité en question

"Le premier semestre 2017 a été un des pires depuis douze ans pour beaucoup d’indépendants." Serge Ewenczyk, Çà et là - Photo OLIVIER DION


Valérian mis à part, tous les blockbusters se sont installés en librairie entre septembre et début novembre, engorgeant comme rarement les tables des libraires qui ne peuvent, avant Noël et face à la déferlante de nouveautés, consacrer plus de deux semaines à une nouvelle série ou à un one shot qui prendrait du temps à démarrer. Ce tsunami de grosses sorties tardives a mis en relief un début d’année quasi sans locomotives. "Le premier semestre 2017 a été un des pires depuis douze ans pour beaucoup d’indépendants, résume Serge Ewenczyk, fondateur de Çà et là. Il ne faudrait pas que cela se répète trop souvent au risque d’entraîner de vrais soucis de trésorerie." La faute à l’incertitude liée à la période électorale, en partie du moins. "Les six premiers mois ont été très morts et ça a du mal à repartir, confirme Olivier Bron, des éditions 2024. A cause de la présidentielle, personne n’a sorti de titres porteurs, donc la fréquentation des librairies a baissé et les ventes de tout le monde avec. Un cercle vicieux pour une contraction globale."

Bien sûr, Les Arènes et leur série La Présidente sur Marine Le Pen ne se sont pas plaintes du contexte. Ni Glénat avec son Journal du off, publié juste après l’élection d’Emmanuel Macron et vendu depuis à 35 000 exemplaires. Mais d’une manière générale, la concentration des blockbusters sur la fin d’année fait réfléchir. "Nous essayons de plus en plus d’étaler nos sorties importantes sur l’année, et de ne pas programmer de gros lancements de tome 1 après septembre", assume Gauthier Van Meerbeeck, directeur éditorial du Lombard. Chez Casterman comme chez Delcourt, on se dit attentif à rythmer convenablement les deux semestres. "Cette année, plusieurs albums prévus à l’automne ont été repoussés à janvier 2018 pour leur donner plus de chances", illustre ainsi Benoît Mouchart. Le directeur éditorial de Casterman se félicite des sorties de début 2017 : en janvier, la version en couleurs de Tintin chez les soviets (plus de 300 000 exemplaires vendus) et Groenland vertigo d’Hervé Tanquerelle (15 000), suivis de Momo en mars et Une sœur de Bastien Vivès (35 000) en mai.

Dupuis, l’année des anniversaires

On va en souffler des bougies, du côté de Marcinelle ! Après avoir fêté les 60 ans de Gaston en 2017, Dupuis célébrera cette année les 80 ans du journal Spirou. Cela commencera dès le Festival d’Angoulême - que l’éditeur avait longtemps boudé avant d’y revenir l’an dernier sous l’impulsion de son nouveau directeur général, Julien Papelier - avec des animations spécifiques sur le stand et une exposition intitulée "Spirou dans tous ses états". "Puis, il y aura la sortie du film en février, que nous accompagnerons d’une bande dessinée originale écrite par Olivier Bocquet", décrit-il. Ensuite, ce sera l’ouverture du Parc Spirou en juin. Et, en fin d’année, la parution du premier tome (sur quatre) de la suite très attendue du Journal d’un ingénu d’Emile Bravo. Autre anniversaire important en 2018, les 30 ans de la collection "Aire libre". Expositions, rééditions d’albums du fonds et sorties importantes, comme celle de L’âge d’or de Cyril Pedrosa, rythmeront l’année.

La bouffée d’air du documentaire

A l’ombre des grands héros, les albums de bande dessinée du réel confirment encore en 2017 qu’il faut compter sur eux. Cette vraie source de diversité éditoriale rajeunit un catalogue mais dope aussi les ventes. Dans la combi de Thomas Pesquet, par Marion Montaigne chez Dargaud, véritable hit de Noël, en est un des exemples les plus criants. Comme Culottées de Pénélope Bagieu qui, avec ses 250 000 ventes des deux tomes, avant même le résultat du coffret de Noël, a transformé une année moyenne en excellent cru pour Gallimard BD. "C’est un vrai mouvement de fond, avec des projets intéressants, en France comme à l’international", relève Louis Delas, fondateur de Rue de Sèvres, qui s’est illustré dans le genre cette année avec Les mille et une vies des urgences ou Philocomix. Un mouvement de fond qui valorise… le fonds. "La version au format roman graphique de Sex story s’est vendue à 20 000 exemplaires cette année, alors que la version cartonnée avait déjà atteint les 35 000 l’an dernier, révèle Laurent Muller, aux Arènes. Et Economix se vend toujours aussi bien. Ce sont deux vrais livres de fond qui confirment que le public est désormais mûr pour ce genre d’ouvrage. Un public qui n’est d’ailleurs pas lecteur de BD à la base. La preuve, nous avons déjà vendu Sex story dans douze pays, à des éditeurs généralistes."

Cette confirmation de l’engouement pour la bande dessinée du réel se constate quand on scrute les rayons BD des libraires généralistes. "Souvent, leur clientèle a été amenée à la bande dessinée par le documentaire et les titres Futuropolis en particulier", sourit son directeur général Frédéric Schwamberger, qui a quitté Dargaud pour la maison du groupe Gallimard. "Le positionnement de Futuropolis sur le reportage, la littérature, l’Histoire, les musées est très fort et bien identifié. Cela nous permet de soutenir les livres pour leur offrir une deuxième vie après leur lancement. Un guide de lecture sera ainsi proposé aux libraires au moment du Festival d’Angoulême, pour les aider à se repérer dans notre catalogue."

A l’assaut des généralistes

"Le partenariat avec le Seuil nous permet de travailler à partir de leur intéressant fonds." Guy Delcourt, Delcourt - Photo OLIVIER DION


Tous ou presque se ruent donc sur le document, avec des positionnements différents. Guy Delcourt, qui a confié à Boulet les clés d’une collection dédiée à la science, "Octopus", a identifié des partenaires solides pour poursuivre ce développement. Conformément à une stratégie d’expansion qui inclut ouvertement d’éventuelles opérations de croissance externe."Sur ce point, rien n’est certain, mais tout est possible… Nous sommes déjà entrés au capital de la Revue dessinée car sa démarche offensive et innovante nous semble pertinente. Bien sûr, nous aurions aimé être son partenaire à la place de La Découverte pour son Histoire dessinée de la France, mais c’était trop tard, explique le P-DG du groupe Delcourt. Par ailleurs, le partenariat avec le Seuil nous permet de travailler à partir de leur intéressant fonds." De son côté, Steinkis mise gros sur ce segment. "C’est une tendance lourde du marché qui a beaucoup d’avenir", martèle Moïse Kissous, son P-DG. Elle correspond à l’un des objectifs prioritaires de celui qui est aussi le grand animateur de l’événement 48h BD : faire sortir la bande dessinée de son rayon. "La récente étude de GFK, commandée par le SNE, sur les lecteurs de BD montre que ce sont de gros consommateurs de livres en général, et souvent des CSP+. Cela doit convaincre les libraires généralistes qu’ils ont intérêt à attirer l’acheteur de BD chez eux car il est un client potentiel pour l’ensemble de la librairie. Et inversement, une offre BD intelligemment placée en magasin doit pouvoir s’adresser à un public plus large." Dès lors, Moïse Kissous fait de la BD du réel, apte à séduire un public plus mixte et plus varié, un axe de développement fort. Steinkis a ce genre chevillé au corps éditorial depuis son lancement, et les bons résultats de Là où se termine la terre ou de la biographie de Primo Levi cette année l’encouragent. "Nous lançons une collection avec Plon, sur des enquêtes menées par de grands journalistes. Avec Gallimard, nous publions l’autobiographie de Roberto Saviano dessinée par Asaf Hanuka. Et nous aurons une BD sur l’Onu, une autre sur le football écrite par le géopolitologue Pascal Boniface…" Même chez Jungle, marque du groupe "qui est dans un processus de destruction créatrice, avec l’abandon des licences au profit des créations", les albums de reportage se multiplient.

Chez Casterman, en revanche, "pas question d’aller sur le terrain du reportage à la manière d’une autre marque du groupe qui fait ça très bien, Futuropolis", balaie Charlotte Gallimard, sa directrice générale. Benoît Mouchart renchérit : "On ne s’interdit rien, mais cela ne fait pas partie de nos priorités de développement. Chez nous, la collection "Sociorama" adapte des thèses sociologiques sur des sujets du réel, mais en les transformant en fictions, souvent en comédies." Néanmoins, l’arrivée chez Casterman de l’éditrice Nathalie Van Campenhoudt, qui avait lancé au Lombard "La petite bédéthèque des savoirs" avec David Vandermeulen, laisse augurer quelques projets du même bois. Au Lombard, justement, cette collection de petits albums de vulgarisation se poursuit. "Elle a trouvé son équilibre, entre de vrais succès et des titres parfois très confidentiels, analyse Gauthier Van Meerbeeck. Il faut poursuivre. Cette année, je crois beaucoup dans le volume sur la Bible, qui expliquera comment elle a été conçue." Dérivé jeunesse d’un album de "La petite bédéthèque", la série Hubert Reeves nous explique démarre bien également.

Revoir ses fondamentaux

La diversification passe aussi parfois par un dépoussiérage du catalogue. Ainsi chez Dupuis, où la tentative d’aborder le réel via un journal a fait flop avec l’éphémère Groom. "On ne peut pas mener tous les combats de front et celui-là équivalait à attaquer l’Everest par la face nord, reconnaît le directeur général Julien Papelier. Notre chantier principal est de réenchanter le tout public, en poussant nos investissements sur les séries installées comme Seuls ou Les nombrils et sur celles qu’on veut voir grandir, telles Dad, Louca, FRNCK ou Imbattable." Si l’année sera concentrée sur les 80 ans du journal Spirou et les 30 ans d’"Aire" libre, Julien Papelier se dit "volontariste et ambitieux pour que Dupuis retrouve sa capacité à innover". En jeunesse, des projets pour les 6-9 ans verront le jour, à commencer par Le fil de l’histoire, série documentaire créée par Fabrice Erre et Sylvain Savoia, sur l’impulsion de Frédéric Niffle et Lewis Trondheim. Et deux nouvelles séries tout public seront lancées : La boîte à musique et Télémaque.

Les séries, Glénat ne s’en lasse pas. Après la collection "La sagesse des mythes", et avant une série autour des papes avec les éditions du Cerf, l’éditeur se plongera dès 2018 dans La saga du vin. Un projet à plusieurs dessinateurs, de 4 à 6 tomes par an, mené par le scénariste Eric Corbeyran. "Ces grandes séries sont notre marque de fabrique et, en plus, elles trouvent preneur à l’étranger", se réjouit le directeur général Jean Paciulli. Mais elles demandent un investissement important et une vraie anticipation. "Lancer une nouvelle série est toujours quelque chose de délicat, car le lectorat est déjà bien servi", confirme Guy Delcourt, qui sortira l’artillerie lourde cette année avec les quatre premiers tomes de Mythics, série monde conçue par Patrick Sobral (Les Légendaires), Patricia Lyfoung (La rose écarlate) et Philippe Ogaki (Terra prime). Toujours dans l’objectif d’être présent sur tous les segments ou presque, l’éditeur renforcera aussi son catalogue humour, avec la collection "Pataquès" dirigée par James.

Urban entre dans la danse

"Notre levier de développement sera cette année Urban Graphic, qui publiera des one shot d’auteurs du monde entier." François Hercouët, Urban Comics - Photo OLIVIER DION


Cette quête de la diversification concerne aussi, et c’est sans doute plus surprenant, des éditeurs au champ bien identifié, tel Urban Comics. La marque de Média-Participations qui possède la licence DC profite toujours autant de la sortie des films et séries de super-héros pour soutenir son catalogue. "A chaque film, on enregistre + 20 % sur les titres concernés, se satisfait son directeur, Pôl Scorteccia. Flash a pu toucher un nouveau public, Wonder woman a vu ses ventes relancées…" Mais Urban lorgne au-delà des héros. "On a vu, sur notre stand à la Paris Games Week, qu’il y a des passerelles entre les amateurs de jeux vidéo et ceux de comics." Le succès du label Urban Games, qui adapte en BD des blockbusters vidéoludiques, le confirme. "Notre levier de développement sera cette année Urban Graphic, qui publiera des one shots d’auteurs du monde entier, explique le directeur éditorial François Hercouët. Nous avons la vocation de faire de la création depuis le début, il fallait attendre le bon moment pour démarrer." Si même les spécialistes du comics, après avoir investi la jeunesse, se lancent sur le segment porteur du roman graphique, la concurrence va devenir plus rude que jamais.

La bande dessinée en chiffres

La production

source : Livres hebdo/electre.com - Nouveautés et nouvelles éditions

A 5 090 nouveautés et nouvelles éditions d’après nos données provisoires Livres Hebdo/electre.com, la production de bandes dessinées en titres a connu en 2017 une nouvelle progression de 4,2 % liée exclusivement à la hausse de la production "franco-belge" (+ 6 %, à 3 378 nouveaux titres), quand la production de mangas reste stable (1 712 titres).

Les ventes

Source : livres Hebdo/I + C - Évolution en euros courants

Grâce à une embellie pendant l’été, les ventes de bandes dessinées, qui évoluent sensiblement au-dessus de la moyenne de l’ensemble des ventes de livres, s’affichent en très légère croissance sur les neuf premiers mois de 2017.

Les principaux éditeurs (BD, manga, comics)

Source : GFK/Livres Hebdo - Ventes en valeur en 2017

Madrigall, grâce au succès de l’édition colorisée de Tintin au pays des soviets, et Hachette, grâce à Astérix et la Transitalique, ont fortement renforcé leurs parts de marché l’an dernier, de même que Bamboo, au détriment de Média-Participations et Delcourt, qui demeurent leaders sur un marché évalué par GFK à 500 millions d’euros (+ 9 %) pour 42,6 millions d’ouvrages vendus (+ 8,7 %).

Le segment du manga

Source : GFK/Livres Hebdo - Ventes en valeur en 2017

Le segment du manga représente 23 % des ventes de bande dessinée en valeur, en progression de 11,7 %, et 35 % des ventes en exemplaires (+ 9,8 %) d’après GFK. Glénat en a repris le leadership en 2017 devant Pika et Kana.

Les grandes ambitions de Bamboo

Olivier Sulpice s’apprête à fêter les 20 ans de la société d’édition qu’il a fondée et qu’il continue de présider

Olivier Sulpice - Photo OLIVIER DION

"L’intégration de Fluide glacial et surtout la création de notre propre structure de diffusion nous ont fait doubler notre chiffre d’affaires. La diffusion, c’était un gros investissement et un vrai pari, qu’on est en train de gagner. Nous venons d’y intégrer Fluide, mais il n’est pas question de diffuser un autre éditeur : nous ne souhaitons pas que nos représentants aient trop de titres à placer pour travailler chacun au mieux. Nous maîtrisons désormais toute la chaîne, à nous de faire que nos livres plaisent et se vendent. Côté catalogue, l’humour pèse encore pour 70 %, mais le manga marche très bien et surtout la collection "Grand Angle" jouit d’une jolie cote. La nouveauté pour 2018 sera le lancement d’une collection de romans aux sujets contemporains, dans l’esprit des BD de Jim, qui signera d’ailleurs un recueil de nouvelles. Côté écran, Bamboo Films codéveloppe des adaptations de nos titres, comme L’adoption, et Bamboo Production coproduit des films et séries, comme Les sisters. Mener ces projets nous-mêmes, c’est nous donner une chance supplémentaire de les voir aller au bout. Enfin, en 2018, nous inaugurerons notre nouveau bâtiment à Mâcon où nous fêterons nos 20 ans !"

"Nous ne sommes pas opportunistes avec les youtubeurs"

Venue de chez Casterman, Laetitia Lehmann a pris les rênes de la BD chez Michel Lafon en 2016, avec déjà quelques jolis succès.

Laetitia Lehmann - Photo OLIVIER DION

Laetitia Lehmann - Le cahier des charges était de bâtir un catalogue éclectique, en s’appuyant sur les fondations de la maison Lafon, c’est-à-dire les licences et les personnalités connues. En plus de cela, j’ai tenu à faire de la création, à lancer des auteurs. Car c’est ainsi qu’on assure la légitimité d’un éditeur de bandes dessinées et qu’on peut entrer dans les librairies spécialisées.

Le blond de Gad Elmaleh s’est en effet vendu à 22 000 exemplaires, le premier tome des Tuche a été tiré à 26 000, et sa suite devrait bénéficier de la sortie du troisième film. Ces titres sont importants pour financer des jeunes créations. Mais il n’y a pas que les licences qui fonctionnent : Chat-bouboule de Nathalie Jomard atteint le même niveau de vente, et Ki & Hi, le manga phénomène du youtubeur Kevin Tran, a dépassé les 100 000 ventes.

Nous avons un partenariat avec un producteur qui nous donne un droit de préférence en cas de volonté de ses youtubeurs de faire un album. Nous publierons ainsi cette année Laink et Terracid, une création originale. L’album de Jhon Rachid, c’est autre chose, plutôt un roman graphique. Nous ne sommes pas opportunistes, ces BD ne sont pas des produits, mais de vrais projets. Et si nous amenons à la lecture les enfants qui sont sur YouTube, et non plus devant la télé, tant mieux.

Revues, en veux-tu en (re)voilà !

Après Les Cahiers de la BD et Les Arts dessinés, Carbone déboule à son tour en librairie. Les revues autour de la BD fleurissent à tout va, mais de nombreuses fanent avant d’atteindre l’âge de raison.

A gauche, un canapé et des étagères avec les Lastman et les Notes de Boulet. A droite, une salle pleine de gros ordinateurs sur lesquels triment des jeunes gens concentrés. C’est comme ça à tous les étages. Dès les premiers pas chez Fauns, place Bellecour à Lyon, on est dans l’ambiance d’une start-up créative et bouillonnante. Ici, on produit de l’animation, de la réalité virtuelle et des effets spéciaux. Mais aussi, dans un bureau tout en longueur arborant l’affiche de Retour vers le futur sur sa porte, une revue de littérature et de bande dessinée : Carbone. "Dans l’idéal, on serait quelque part entre Métal Hurlant et Wired", résume Raphaël Penasa, fondateur du studio. "Avec Carbone, nous voulons créer des univers, des bibles et des scripts qui pourraient servir de base à d’autres projets transmédias plus importants", explique Mathieu Rivero, chargé de la fiction. Dans le premier opus de 276 pages (20 euros), qui sera lancé à Angoulême, on trouve de la fiction écrite et dessinée, des articles, des comics, des avant-première, parfois en partenariat avec d’autres éditeurs tels Urban Comics ou La Volte. Mais ce bel objet trimestriel, tiré à 9 000 exemplaires pour le réseau des librairies, n’est que la tête de pont du projet : quatre romans, quatre essais et deux comics sortiront cette année. "Et a priori, ce n’est pas encore notre rythme de croisière, sourit Raphaël Penasa. Mais pour la revue, on tirera un premier bilan à la fin de l’année."

"C’est un golem !"

Car lancer une revue est une aventure périlleuse et extrêmement prenante. "C’est un golem, une fois lancé, ça ne s’arrête jamais !" s’écrie Franck Bourgeron, cofondateur de La Revue dessinée et de Topo. La première, avec 7 000 abonnés et 12 000 ventes en librairie chaque trimestre, est un modèle de réussite. "Il faut relativiser. On grappille, on grignote, mais on reste petits. Pour Topo, 2 700 abonnés et 5 000 ventes au numéro depuis un an, c’est pas mal mais pas encore suffisant." Bonne intuition, La Revue dessinée s’est positionnée sur le segment de la BD documentaire, et a su drainer un public non spécialiste de bandes dessinées.

C’est celui-là aussi que visent Les Cahiers de la BD, trimestriel critique et historique, "quelque chose d’assez intemporel, une revue qu’on garde" selon son rédacteur en chef, Vincent Bernière. "Tout l’enjeu est de durer et je crois beaucoup au double réseau : kiosques et librairies. Cela permet de monter en gamme, et en prix, de vendre de la publicité et de séduire des lecteurs de passage." Avec 5 300 ventes en kiosque, 2 000 en librairie et 500 abonnements, le premier numéro paru en septembre a reçu un accueil plus qu’encourageant. "Mais la situation financière de Presstalis est inquiétante." En grande difficulté, le diffuseur a ainsi gelé une partie des règlements.

Le crowdfunding, passage obligé

A moins d’être la revue d’un éditeur installé, comme Pandora chez Casterman - qui se vend à 10 000 exemplaires, mais n’aura plus qu’un numéro par an et non deux -, la trésorerie est un point clé de la survie. Demandez à Aaarg !, qui n’a tenu qu’une vingtaine de numéros, toutes formules confondues (trimestriel librairie, mensuel puis bimestriel kiosque). "C’était un trop gros train avec une trop petite locomotive, se souvient Pierrick Starsky, son fondateur. Et on avait choisi de payer correctement nos auteurs dès le départ.Le moindre problème nous a fait dérailler. Et le choix de notre diffuseur, trop gros, a été une erreur." Mener de front l’édition d’albums a aussi mobilisé trop de fonds et d’énergie, ce que La Revue dessinée ne commence qu’à faire prudemment. Et en partenariat, avec La Découverte, puis avec Delcourt qui est entré au capital.

Pour démarrer, et tenir les premiers mois, le financement participatif apparaît comme la solution idéale. "Je n’aime pas réclamer de l’argent, mais lever 9 000 euros sur KissKissBankBank m’a permis de financer une campagne d’affichage et de recruter un nouveau public", raconte Frédéric Bosser, patron des magazines dBD et L’Immanquable, qui vient de lancer Les Arts dessinés. Carbone comme Les Cahiers de la BD ont, eux, réuni plus de 30 000 euros chacun. Mais s’imposer sur le long terme reste le défi le plus fou à relever. "Je n’ai pas de recette miracle, confie Franck Bourgeron. Mais je pense qu’il faut à la fois un concept suffisamment fort pour attirer de bons auteurs et une certaine assise financière pour ne pas perdre son indépendance." Et sans doute un bel alignement des planètes…

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités