Des Sorcières requinquées | Livres Hebdo

Quinze jours après Initiales, l’Association des librairies spécialisées jeunesse (ALSJ), plus connue sous le nom de librairies Sorcières, a tenu son assemblée générale dimanche 29 juin dans les locaux de l’Institut national de formation de la librairie. L’occasion de redonner un nouvel élan au groupement, confronté à d’importants conflits internes depuis plusieurs mois. "Nous avons connu une période douloureuse mais bénéfique, qui aura finalement engendré un sursaut général et fait émerger des désirs nouveaux. Aujourd’hui, tout le monde a envie que cela reparte", analyse Patricia Matsakis (Le Bateau livre, Montauban), élue présidente en remplacement de Laurence Tutello (Le Chat pitre, Paris), démissionnaire. A ses côtés, trois libraires ont également fait leur entrée au bureau (1). Pour son mandat, ramené à trois ans contre six auparavant, la nouvelle présidente s’est donné pour première mission de "rétablir la sérénité dont l’association a besoin pour travailler en bonne intelligence". Sur le plan commercial, des pistes de travail ont d’ores et déjà été dégagées : reprise d’opérations conjointes aux 49 librairies adhérentes, réactivation de la commission chargée des relations avec les éditeurs et rapprochement avec Initiales, que les Sorcières connaissent bien car elles font régulièrement "salon commun" avec ce groupement d’enseignes. C. Ch.

(1) Pierre Cerfontaine (L’Oiseau-lire, Belgique), Stéphane Crozier (Le Tiers-temps, Aubenas), Marilyne Colombet-Couturier (Autrement dit, Dijon).

Thématique

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre