Manifestation

Des Correspondances de Manosque "presque au niveau de 2019"

Rencontre avec Louis-Philippe Dalembert aux Correspondances de Manosque 2021 - Photo MARINE DURAND

Des Correspondances de Manosque "presque au niveau de 2019"

Après une édition 2020 moins festive que d'ordinaire et marquée par le Covid, les Correspondances de Manosque 2021 se sont redéployées du 22 au 26 septembre, avec 15 000 à 16 000 amateurs de littérature venus rencontrer et applaudir plus de 80 auteurs et artistes. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Marine Durand,
à Manosque,
Créé le 27.09.2021 à 16h45,
Mis à jour le 27.09.2021 à 17h00

Une ville aux couleurs du livre, une soixantaine d'auteurs invités, plus de 20 musiciens conviés, et quelques concerts mémorables... Les Correspondances de Manosque ont fait un retour en force, du 22 au 26 septembre, après une édition 2020 amoindrie par la pandémie. "Je n'ai pas encore de chiffres précis, mais si l'on regarde la billetterie des spectacles et rencontres et l'affluence dans les rues, nous étions presque au niveau de 2019. Le festival s'est redéployé, et même si le passe sanitaire nous a sans doute privés de certains spectateurs, nous sommes sur le bon chemin", observait lundi 27 septembre Olivier Chaudenson, directeur de la manifestation avec Evelyn Prawidlo, précisant que la fréquentation devrait approcher des 15 000 à 16 000 visiteurs.
 
L'exposition "Lecture, Mon amour", de Francesca Mantovani, à Manosque - Photo MARINE DURAND


Entre l'exposition de portraits d'auteurs "Lecture, Mon Amour", de Francesca Mantovani, les "écritoires" disposés aux quatre coins de Manosque invitant les passants à écrire un mot doux aux écrivains invités, les illustrations signées d'Emmanuel Guibert et les citations placardées sur les arbres, les Correspondances ont rayonné dans toute la ville. La manifestation, qui fait la part belle aux lectures musicales et aux soirées festives a tenu ses promesses avec, parmi les temps forts notables, "un concert de Bernard Lavilliers en ouverture, une Lou Doillon formidable pour faire entendre les mots d'Emily Dickinson, et plusieurs auteurs capables de faire salle comble en prenant eux-mêmes le micro, comme Maylis de Kerangal avec Cascadeur et Médéric Collignon le samedi soir, ou Sylvain Prudhomme et Albin de la Simone le dimanche", note Olivier Chaudenson.

En dehors des spectacles en salles, aucune jauge n'a dû être imposée pour les rencontres et lectures, qui ont fait le plein malgré les fortes pluies de dimanche matin. Quant au passe sanitaire et au masque obligatoire, "ils n'étaient certes pas très agréables, mais représentaient finalement une contrainte assez douce", de l'avis du co-directeur.

 
Un arbre aux couleurs des Correspondances à Manosque - Photo MARINE DURAND

Propriétaire depuis décembre de la librairie Le Petit pois, en centre-ville, Dominique Gallard a constaté un chiffre d'affaire équivalent à celui réalisé par son prédécesseur les années précédentes. Et si la fréquentation était plutôt en baisse sur les points de ventes éphémères à la sortie des spectacles, la libraire a réalisé de "belles ventes en magasin" grâce à une vitrine faisant la part belle aux auteurs de la rentrée littéraire invités aux Correspondances, notamment Marie Darrieussecq, Philippe Jaenada et Julie Ruocco qui ont été plébisicités par les lecteurs manosquins.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités