Coup d’envoi de l’exposition “Paris 14/18 la guerre au quotidien” | Livres Hebdo

Par Souen Léger, le 14.01.2014 à 17h18 (mis à jour le 14.01.2014 à 18h00) Paris

Coup d’envoi de l’exposition “Paris 14/18 la guerre au quotidien”

Première manifestation officielle du centenaire de la Grande Guerre, l’exposition “Paris 14/18 la guerre au quotidien” se tiendra du 15 janvier au 15 juin à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris.

Comment les Parisiens ont-ils vécu la Première Guerre mondiale? L’exposition “Paris 14/18 la guerre au quotidien” répond à cette question à partir du 15 janvier grâce au témoignage précieux de Charles Lansiaux (1855-1939), photographe méconnu qui a saisi la vie dans la capitale pendant toute la durée de la Grande Guerre.
 
Loin des images traditionnelles des tranchées, les 200 clichés retenus par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris montrent l’inscription progressive du conflit dans le quotidien et le paysage d’une ville relativement épargnée. Divers documents contemporains, affiches ou unes de journaux dialoguent avec la photographie, et restituent l’ambiance de l’époque.

Un catalogue enrichi d'analyses et de commentaires
 
Pour les Parisiens, loin des zones de combat, la réalité du conflit s’incarne à travers les robes noires des veuves et le retour des soldats blessés. La perception de la guerre, la quête de l’information et l’organisation de la vie à l’arrière sont donc au cœur de cette exposition et du catalogue qui l’accompagne, Paris 1914-1918, la guerre au quotidien (Paris bibliothèques).
 
L’ouvrage, illustré des photographies de Charles Lansiaux et ponctué de ses commentaires, nous replace dans le contexte des événements du moment. André Gunthert, historien de la photographie, éclaire le sujet par des textes d’analyse des images, regroupées par thématiques depuis la mobilisation jusqu’à l’armistice.

Pratique

À la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris
22, rue Malher, Paris 4e /
Métro: Saint-Paul
15 janvier - 15 juin 2014

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre