Bande dessinée

Bruno Racine présidera l'association des financeurs d'Angoulême

Bruno Racine - Photo JEAN-FRANÇOIS ROBERT/BNF

Bruno Racine présidera l'association des financeurs d'Angoulême

L'ancien Président de la BNF a été élu à l'unanimité par les partenaires publics et privés composant la nouvelle Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême, créée suite à la médiation de Jacques Renard et dont les statuts ont été déposés le 21 février.  

J’achète l’article 1.50 €

Par Anne-Laure Walter,
Créé le 21.02.2017 à 19h33,
Mis à jour le 21.02.2017 à 21h12

Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France de 2007 à 2016, a été désigné à l'unanimité de ses membres comme président de la toute nouvelle Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême, née suite à la médiation de Jacques Renard sur l'avenir du Festival international de la bande dessinée demandée par la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, après le fiasco de l'édition 2016 et les menaces de boycott des éditeurs.

Cette association, dont les statuts ont été déposés mardi 21 février, à l'issue de son assemblée constitutive, réunit les collectivités publiques (Etat, ville, communauté d'agglomération, département et nouvelle région) et les organisations professionnelles d'éditeurs et d'auteurs  (SNE, SEA, SNAC, Etats généraux de la BD).

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, salue dans un communiqué envoyé par le ministère "le choix qui s’est porté vers l’ancien président de la Bibliothèque nationale de France, qui a toujours travaillé au service de l’intérêt général."
 
Une concertation avec l'ensemble des acteurs 

Outre les membres de droit que sont les collectivités publiques et les organisations professionnelles, l’association compte également des représentants d’institutions jouant un rôle actif dans le secteur de la bande dessinée, en qualité de membres associés : La Cité internationale de la bande dessinée et de l'image (CIBDI) ; l'Ecole européenne supérieure de l'image (EESI) ; Le syndicat mixte du pôle image Magelis ; la Chambre de commerce et d'industrie d'Angoulême (CCI) ; le Centre national du livre.
 
Propriétaire du festival qu'elle a fondé, l'association historique du FIBD, opposée à la création de cette association, a refusé de faire partie des membres associés. Le communiqué du ministère de la Culture précise que "les membres de la nouvelle association souhaitent que s'ouvre une concertation avec l’ensemble des acteurs concernés en vue de définir une vision stratégique et partagée dans l’intérêt du festival".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités