Brésil: Une BD Marvel censurée pour homosexualité | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec AFP, le 09.09.2019 à 09h17 (mis à jour le 09.09.2019 à 17h00) Censure

Brésil: Une BD Marvel censurée pour homosexualité

La une du quotidien "Folha de Sao Paulo" avec le baiser gay de la BD Marvel

Le maire évangéliste de Rio de Janeiro, ouvertement homophobe, a fait saisir un comics de Marvel, où deux super-héros de même sexe s'embrassent, vendu au salon du livre de Rio. Un tribunal a validé sa décision. Mais la Cour Suprême l'a annulée le lendemain.

Marcelo Crivella, le maire de Rio de Janeiro, ancien évêque, sénateur et ministre, a été autorisé samedi 7 septembre par un tribunal brésilien, à saisir des bandes dessinées « inappropriées » pour les mineurs, car deux super-héros de même sexe s’y embrassent. Cette décision a été dénoncée tant par les éditeurs que les écrivains du pays et a conduit à l’épuisement des stocks de Young Avengers : the Children's crusade (publié en France chez Panini Comics).
 

La Cour suprême interdit la censure de "Young Avengers"

Dimanche 8 septembre, la Cour suprême du Brésil a mis fin à la "censure" du comics Marvel Avengers, la croisade des enfants, pourtant autorisée par un tribunal samedi dernier. La décision de la Cour Suprême annule de facto la décision juridique de la veille.

"En démocratie, (...) les différentes convictions et visions du monde doivent pouvoir être exposées", a affirmé le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, pour justifier sa décision.

Un autre magistrat de cette haute cour, Gilmar Mendes, a évoqué pour sa part un acte de "censure" de la part du maire de Rio.

La Cour suprême du Brésil avait déjà décidé en juin de criminaliser l'homophobie, l'assimilant à du racisme.


La BD Marvel scénarisée par Allan Heinberg, en vente lors de la biennale du livre de Rio de Janeiro, met en scène deux super-héros gays, Wiccan et Hulkiling. L'image représentant le baiser des deux super-héros s'étalait dans les kiosques à journaux du pays, reproduite en guise de protestation sur la première page de la Folha de S. Paulo, le principal quotidien brésilien. De son côté, le youtubeur très populaire Felipe Neto a réagit en achetant 14000 volumes liés aux thématiques LGBT pour les distribuer gratuitement au salon du livre.

Dans un premier temps, une injonction provisoire avait suspendu la décision du maire évangéliste et ultra-conservateur qui plaidait la protection des mineurs face à ce contenu sexuel. Mais le président du tribunal de Rio de Janeiro, Claudio de Mello Tavares, a apporté son soutien samedi aux initiatives du maire. Une bande dessinée avec des super-héros et destinée par conséquent à un lectorat jeune n'est pas censée aborder les questions de sexualité et devrait par conséquent être accompagnée d'un bandeau d'avertissement, a fait valoir le juge.

Discrimination

« Puisque cette décision semble viser précisément l'interdiction de magazines exposant des baisers gay (plutôt que les autres), j'interpréterais cela comme étant motivé par de la discrimination, tant de la part du maire que du juge », a estimé un spécialiste du droit constitutionnel, Michael Mohallem, de la Fondation Getulio Vargas.

La Cour suprême du Brésil a décidé en juin de criminaliser l'homophobie, l'assimilant à du racisme. Cette décision est considérée comme un pas important pour les minorités sexuelles d'un des pays qui comptent le plus grand nombre d'assassinats de personnes LGBT. Le Brésil a légalisé le mariage entre personnes du même sexe en 2013 mais le président Jair Bolsonaro a régulièrement fait des déclarations homophobes et s’était également, durant sa campagne électorale, attaqué à des livres pour la jeunesse comme le Guide du zizi sexuel de Zep.

Le maire de Rio, Marcelo Crivella, créationniste, opposé à l’avortement et aux unions entre personnes de même sexe, favorable à la stérilisation, avait écrit dans son livre Evangelizing Africa en 1999, que l’homosexualité était un « terrible démon ».

Dans ce contexte tendu où le gouvernement s’attaque ouvertement aux droits des minorités et ceux des femmes, Henrique Pires, secrétaire brésilien à la Culture, a quitté son poste le mois dernier, opposé à la censure délibérée du gouvernement à l’égard de l'art de LGBT.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre