Proclamation

Boris Bergmann et Célestin de Meeûs, lauréats du prix de la vocation 2018

Boris Bergmann et Célestin De Meeûs - Photo ALINA GURDIEL

Boris Bergmann et Célestin de Meeûs, lauréats du prix de la vocation 2018

Les deux auteurs ont été récompensés, lundi 24 septembre, par la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet.

Par Isabel Contreras,
Créé le 26.09.2018 à 17h57,
Mis à jour le 27.09.2018 à 10h16

Les jurys du prix Littéraire et du prix de Poésie de la Vocation 2018 ont distingué, lundi 24 septembre, Boris Bergmann pour Nage libre (Calmann-Lévy) et Célestin de Meeûs pour Cadastres. Les délibérations se sont tenues sur les terrasses de Publicis où la remise des prix a eu lieu tout de suite après.
 
Dans Nage libre, le romancier de 26 ans Boris Bergmann présente Issa, un jeune homme introverti qui vient de rater son bac, détruisant ainsi les rêves de sa mère, immigrée malienne. Alors qu'elle le somme de trouver au plus vite un emploi, il traîne à la piscine avec son ami Elie, qui veut le former pour devenir maître-nageur. Issa n'a d'autre choix que de partir à la conquête de son corps. Il s'agit du cinquième roman de cet écrivain qui a publié sa première fiction à l'âge de 15 ans.

De son côté, Célestin de Meeûs a été distingué pour Cadastres, un recueil de poèmes qui sera prochainement édité par Cheyne. Né en 1991,
il vit et travaille à Bruxelles. Il a publié en 2014 et 2016 des recueils, Nouvelles pour nouveaux-nés et Chiner (Maelström), puis un dernier en mai, Ecart-type (Tetras Lyre). Il est également cofondateur et animateur de la revue poétique et d'arts graphiques On peut se permettre.

Décerné par la Fondation Marcel Bleustein-Banchet, du nom du fondateur de Publicis, le prix littéraire de la Vocation récompense depuis 1976 des auteurs d’expression française de 18 à 30 ans, publiés depuis juin de l’année précédente. Le lauréat reçoit 4 000€ en septembre et la même somme en décembre lors de la cérémonie de remise des bourses à la promotion de l’année, qui regroupent une vingtaine de lauréats dans diverses disciplines. De son côté, le prix de Poésie distingue aussi un jeune auteur de 18 à 30 ans qui reçoit 1 550€ en septembre et 1 550€ euros en décembre.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités