Bellocchio, Visconti et Garrone : Contes et princes en salles | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 30.06.2015 à 18h49 (mis à jour le 30.06.2015 à 19h00) Cinéma

Bellocchio, Visconti et Garrone : Contes et princes en salles

Andrea Di Stefano dans le rôle du Prince de Hombourg - Photo CARLOTTA FILMS

La sortie d'un film inédit de Marco Bellocchio, l'hommage du Festival de La Rochelle à Luchino Visconti et l'arrivée en salles de Tale of Tales de Matteo Garrone composent une semaine italienne au cinéma comme en librairie.

18 ans après sa présentation en compétition au Festival de Cannes, Le Prince de Hombourg, réalisé par le cinéaste italien Marco Bellocchio sort enfin dans les salles françaises. La pièce de théâtre de Heinrich von Kleist (à qui l'on doit aussi Michael Kohlhaas) est disponible chez Folio-théâtre et chez Actes sud-Papiers. Ce prince romantique et distrait, qui ose désobéir à son souverain, a été l'un des héros du Festival d'Avignon quand il fut incarné par Gérard Philipe en 1951.



Le Festival international du film de la Rochelle, qui a commencé vendredi et se termine dimanche, rend également hommage au réalisateur italien en plus d'une rétrospective intégrale des films de Luchino Visconti. Ce dernier est présent dans de nombreux ouvrages. Parmi les plus récents, Luchino Visconti et la critique française de Jean Antoine Gili (L'Amandier, 2014), Visconti, le prince travesti de Dominique Delouche (Hermann, 2013), Luchino Visconti et la peinture de Laurent Darbellay (MetisPresses, 2011) ou encore Visconti de Marianne Schneider (Actes sud, 2010).

Enfin, toujours d'Italie, débarque en salles cette semaine Tale of Tales (le Conte des Contes) de Matteo Garrone (Gomorra), splendide fresque baroque et barrée présentée au dernier festival de Cannes. S'inspirant du livre fantastique et merveilleux de Giambattista Basile (autour de 1625) qui rassemble une cinquantaine de contes plutôt violents et même érotiques, Le conte des contes ou le divertissement des petits enfants a influencé de nombreux auteurs, de Charles Perrault à J.R.R. Tolkien. Circé a publié en février une version traduite du napolitain par Françoise Decroisette, augmentée de 64 illustrations issues de l'édition originale. On trouve aussi une version poche chez Libretto (2012).



close

S’abonner à #La Lettre