Edition

Belin-Puf : naissance d’un groupe

L’immeuble du boulevard du Montparnasse qui hébergera dans quelques mois les Puf et Belin. - Photo OLIVIER DION

Belin-Puf : naissance d’un groupe

La fusion au sein d’une seule société de Belin et des Presses universitaires de France, filiales depuis deux ans du groupe de réassurance Scor, pourrait ouvrir la voie à de nouvelles acquisitions.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 19.08.2016 à 00h00,
Mis à jour le 19.08.2016 à 13h58

Au 170 bis, boulevard du Montparnasse à Paris (14e), juste en face de La Closerie des lilas, les entreprises de BTP s’activent pour livrer dans les temps un immeuble totalement rénové aux normes les plus exigeantes de qualité environnementale. Il appartient au groupe de réassurance Scor qui investit près de 5 millions d’euros dans les travaux et y logera Belin et les Presses universitaires de France (Puf), les deux maisons d’édition dont il a pris le contrôle en 2014, et qui vont fusionner. A sa manière, le chantier a illustré la sociologie des mouvements sociaux, un des thèmes de publication des Puf, spécialistes des sciences humaines. Au cours d’une des nombreuses manifestations d’opposants à la loi Travail, par ailleurs soutenue par Denis Kessler, le très libéral patron de Scor, divers matériaux ont servi de projectiles contre les forces de l’ordre, mais "l’immeuble n’a pas été saccagé", note avec soulagement François de Varenne, président de Scor Global Investments (GI), la branche qui gère le portefeuille d’investissements du groupe.

"Le déménagement est programmé pour l’hiver 2017", précise Frédéric Mériot, directeur général des Puf. "La fusion des deux maisons se vivra vraiment à ce moment", ajoute Sylvie Marcé, son homologue chez Belin. Organisée cet automne, la fusion juridique va précéder le rapprochement physique des équipes. Les comités d’entreprise ont approuvé le projet à la veille des vacances. "Il n’y aura aucune réduction de personnel, ce rapprochement se faisant à effectif constant", insiste François de Varenne. "C’est un projet qui ouvre des perspectives de développement, avec une forte composante d’innovation", ajoute Sylvie Marcé. "L’opération arrive à un bon moment, les deux entreprises sont dans une phase de renforcement de leur activité", souligne Frédéric Mériot. Toutes les filiales de Belin (Le Pommier, Gérip, Pour la science, Edulib) sont conservées, de même que la diffusion-distribution de l’éditeur scolaire, et la diffusion des Puf.

Un nom encore à trouver

Les actifs des deux maisons seront transférés à une nouvelle société, dont le nom reste à trouver. Ce sera une dénomination neutre, pour laisser toute leur place aux marques historiques composant cette entité. Le commissaire aux apports chargé de les évaluer aura du travail : aux Puf, il y a encore des actionnaires minoritaires (notamment Madrigall, via Flammarion, pour 15 %), de même que chez Belin (Covéa, groupement de mutuelles, pour 9,5 %), dont il faudra respecter les intérêts. La présidence restera à Jean-Claude Seys, ancien dirigeant de banques et de mutuelles, déjà président des deux maisons. Il préside aussi l’institut Diderot et a créé Covéa, venu au secours des Puf en 2010 via une fondation. Sylvie Marcé sera directrice générale de cette nouvelle société et Frédéric Mériot sera directeur général délégué, responsable des opérations, des services et de la stratégie digitale.

Le futur 20e éditeur français ?

Belin et les Puf formeraient ensemble, selon les chiffres 2015, un groupe d’environ 180 personnes, réalisant 30 millions d’euros de volume d’affaires, mais très déficitaire. Les Puf ont stabilisé leurs pertes à - 1,08 million d'euros (pour un CA passé en dessous de 10 M€), et Belin a creusé les siennes, à - 3,6 M€.

L'ensemble pourrait toutefois retrouver l’équilibre dès cette année, et des recettes bien supérieures, le situant vers la 20e place du classement des éditeurs.

Aux Puf, Frédéric Mériot a révisé tous les postes du bilan, ajusté les tirages, pilonné les stocks, et compte notamment sur les bonnes ventes des prix Nobel Jean Tirole et Angus Deaton (à paraître).

Belin va bénéficier du grand renouvellement des manuels scolaires pour les deux ans à venir. Sylvie Marcé se dit satisfaite des sondages sur les intentions de commande des collèges.

Pour Scor, qui gère au total 18,7 milliards d’actifs, la mise de fonds est raisonnable : 1,3 M€ en augmentation de capital des Puf, 4 millions en compte courant pour Belin, auquel il faut ajouter le prix d’acquisition de la maison. D’après le prix de la cession à Covéa de 6 425 actions, inscrite au bilan de Scor Capital Partners (ex-Financière Férou, la holding familiale rebaptisée après la vente), Belin est valorisée à 20,3 M€. Le groupe Scor a réalisé 642 M€ de bénéfice net l’an dernier.

L’ensemble sera organisé en trois départements. Savoirs de référence reprendra l’essentiel de la production des Puf, avec quelques collections de sciences de Belin et l’ensemble des 40 revues. Il sera dirigé par Monique Labrune, actuelle directrice éditoriale des Puf. Le département Education rassemblera la production scolaire et parascolaire de Belin, et l’édition dédiée aux classes préparatoires et aux concours (Puf). Enfin, Culture et connaissances regroupera les titres grand public, notamment beaucoup d’histoire chez Belin, qui a de grands projets dans ce secteur, et la collection "Que sais-je ?". Les responsables ne sont pas encore nommés. "L’ensemble devrait réaliser 40 millions d’euros de chiffre d’affaires", prévoit Sylvie Marcé.

"Si on me fait des propositions…"

"Ces deux entreprises n’avaient pas la taille critique suffisante que leur apportera la mutualisation des fonctions supports. C’est la mise en place d’une confédération de moyens au service d’une fédération de marques, dans une architecture ouverte qui nous permettra d’en accueillir éventuellement d’autres. Sans être dans une démarche active de rachats, si on me fait des propositions qui font sens, je les étudierai", déclare François de Varenne, qui se dit aussi patient. "C’est un investissement de moyen à long terme, à cinq, dix ou quinze ans." Pour 3,9 millions d’euros, le groupe a pris aussi 39,5 % du capital de Gutenberg Technology, start-up de service d’édition numérique.

Arrivé dans l’édition par la volonté de Denis Kessler, animé par un sentiment d’obligation de sauver les Puf de la faillite, Scor prend goût à l’affaire. A 1,3 million d’euros "l’investissement était un des plus modestes que j’ai réalisés, mais aussi un des plus médiatisés", s’amuse encore François de Varenne, par ailleurs cofondateur en 2001 de la librairie numérique Cyberlibris avec Eric Brys. Le président de Scor GI a poliment refusé de multiples propositions de reprise, jusqu’au dossier Belin, convoité aussi par Magnard/Albin Michel. L’opération a soulevé une nouvelle série d’appels du pied. "Nous n’avons pas vocation à contrôler de grands groupes d’édition. Mais nous sommes convaincus qu’il est nécessaire de protéger la diffusion de la connaissance authentifiée et certifiée, face à l’information d’origine incertaine qui caractérise Internet. Cela s’inscrit dans une démarche d’investisseur socialement responsable dans le cadre de nos critères ESG (Environnementaux, Sociétaux et de Gouvernance) qui guident notre politique d’investissement", explique François de Varenne.






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités