400 personnes aux Journées de l'Abes à Montpellier | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, à Montpellier, le 27.05.2015 à 16h07 (mis à jour le 27.05.2015 à 17h00) Bibliothèques

400 personnes aux Journées de l'Abes à Montpellier

Le grand entretien mercredi matin. De gauche à droite : Christophe Pérales, président de l'ADBU, Jean-Pierre Finance, président du conseil d’administration de l'Abes, Alain Colas, du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Jérôme Kalfon, directeur de l'Abes. - Photo V. HEURTEMATTE/LH

Le rendez-vous annuel de l'Agence bibliographique de l'enseignement supérieur organisé à Montpellier les 27 et 28 mai rassemble 420 participants venus réfléchir aux évolutions de la documentation et de l'information scientifiques et techniques.

Comment le paysage de l'information scientifique et technique va-t-il évoluer dans les années à venir et quel rôle y tiendront les services de documentation de l'enseignement supérieur ? C'est la question sur laquelle se penchent les 420 participants aux rencontres annuelles de l'Abes (Agence bibliographique de l'enseignement supérieur) organisées à Montpellier mercredi 27 et jeudi 28 mai et intitulées "L'accès au savoir… une perpétuelle métamorphose".

Le "grand entretien" de la matinée d'ouverture a permis d'esquisser les grands enjeux du secteur. Pour Jean-Pierre Finance, président du conseil d'administration de l'Abes, l'élaboration de services à forte valeur ajoutée, d'outils d'exploitation des données ainsi que de nouveaux modèles d'accès à ces données font partie des principaux défis à relever par les établissements documentaires de l'enseignement supérieur.

Dans ce contexte, les missions de l'Abes sont également appelées à évoluer. "Plus les systèmes d'information fonctionnent en réseau et plus cela nécessite des opérateurs chargés de la coordination à l'échelle nationale et internationale, estime Jérôme Kalfon, directeur de l'Abes. Le rôle de l'Abes en tant que porteur d'actions de mutualisation se renforce."

Christophe Péralès, président de l'ADBU (Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation) a pour sa part rappelé que les établissements clients de l'Abes attendent de cette dernière qu'elle leur fournisse une feuille de route: "On a une vision très claire de là où on doit aller mais pas de la manière dont cela se fera et des impacts à prévoir sur le travail et l'organisation des équipes."

La deuxième journée des rencontres inaugurera une nouvelle formule plus collaborative avec les "jabescamps", des ateliers de 10 participants qui seront invités à débattre sur une série de thématiques.

close

S’abonner à #La Lettre