Bilan

Les membres de l'Alliance des agents littéraires français (AALF) représentent environ 300 auteurs, en grande majorité francophones, selon un bilan réalisé par Loïc Zion, délégué général du Syndicat français des agents artistiques et littéraires (SFAAL), dont l'AALF est une composante. « Il s'agit des auteurs représentés à long terme, et non de contrats ponctuels », précise Loïc Zion. Il n'y a pas encore de mesure de l'évolution du nombre d'auteurs représentés, ce bilan étant le premier depuis la création de l'Alliance, en 2016. Selon le 7e baromètre des relations auteurs-éditeurs réalisé par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Société des gens de lettres (SGDL) présenté en mars dernier, 3,4 % des répondants déclaraient faire appel à un agent littéraire, contre 2 % lors la précédente enquête, trois ans auparavant. L'AALF compte aujourd'hui 24 adhérents, contre 11 à sa création : sans réunir la totalité des agents exerçant en France, elle est cependant très représentative de cette fonction, dont elle compte les principaux et les plus anciens acteurs : Aja Anna Jarota Agency (AJA), Susanna Lea Associates, Intertalent (François Samuelson), Astier-Pécher Literary & Film Agency, So Far So Good (Magalie Delobelle), ou encore L'Autre Agence (Corinne Marotte, Marie Lannurien), qui représente aussi des éditeurs à l'étranger, de même que AJA. « C'est une autre facette du métier », rappelle le délégué général du SFAAL. Parmi les auteurs nouvellement représentés, David Diop (So Far So Good), publié au Seuil, a reçu le prix Goncourt des lycéens pour Frère d'âme, et Jean-Baptiste Naudet (Olivier Rubinstein), publié chez L'Iconoclaste, a reçu le grand prix SGDL du Premier roman pour La blessure.






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités