Vitrine

11 livres de cinéma en attendant la réouverture des salles

Anne Parillaud

11 livres de cinéma en attendant la réouverture des salles

Angelopoulos, Kiarostami, Fassbinder, Pialat, Dumont mais aussi Jean Gabin, Coline Serreau, Charlot et des zombies sont l'objet d'essais, de beaux-livres ou de recueils d'entretiens qui paraîtront entre début mai et début juin. Avec en bonus, le premier roman de l'actrice Anne Parillaud.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 27.04.2021 à 17h25,
Mis à jour le 27.04.2021 à 18h43

Les cinémas sont toujours fermés, avec une éventuelle réouverture prévue le 17 mai, en respectant une jauge très réduite.
 
D’ici là, de nombreux livres sur de grands cinéastes paraissent en librairie. A commencer par Théo Angelopoulos : le temps suspendu, livre d’entretiens sur France Culture avec Yorgos Achimandritis (Actes Sud, 5 mai), où le cinéaste grec (Palme d’or à Cannes), disparu il y a neuf ans, raconte son enfance durant la Seconde Guerre mondiale, sa découverte de la poésie puis du cinéma, le putsch des généraux en Grèce et son exil en France alors qu'il était encore étudiant.
 
Autre grand cinéaste habitué à Cannes, l’iranien Abbas Kiarostami, décédé il y a cinq ans, sera à l’honneur du livre d’entretiens avec Godfrey Cheshire : Un cinéma de questions, conversations avec Abbas Kiarostami (Carlotta, 6 mai).
 
Doublement oscarisé, Ang Lee fait l’objet d’un essai sur son œuvre et son parcours dans Ang Lee, Taïwan-Hollywood : une odyssée cinématographique (Hémisphères, 6 mai), soit une monographie avec pour fil conducteur le combat de ses personnages en marge de la société et désireux d'affirmer leur humanité.
 
Guillaume de Sardes a préféré se pencher sur le cinéaste culte allemand Rainer Fassbinder avec Fassbinder, clap de fin (Louison, 6 mai), en s'intéressant en particulier aux dernières années du cinéaste allemand, avec la sortie de Querelle de Brest, son ultime opus adapté du roman de Jean Genet, et à sa fascination pour les marges et le désir.
 
Coline Serreau, absente des plateaux de cinéma depuis longtemps, publie sa trilogie Lapin Lapin ; Trois hommes et un couffin ; La crise (Actes Sud, 12 mai), soit les textes de sa pièce de théâtre culte et de ses deux films les plus populaires adaptés pour le théâtre par Samuel Tasinaje.
 
Deux mythes du cinéma français auront le droit à des essais chez Capricci le 3 juin : Maurice Pialat : la main, les yeux de Jérôme Momcilovic et Jean Gabin : maintenant, je sais de Sébastien Gimenez.
 
Tout aussi classique, Taschen réédite le 2 juin  le beau-livre Les archives de Charlie Chaplin, comprenant images de films, lettres, coupures de presse, dessins, etc.
 
Plus proche de nous, en attendant de voir son prochain film au Festival de Cannes, Le cinéma de Bruno Dumont en fragments alphabétiques, sous la direction de Benjamin Thomas (Warm, 4 juin) qui abordent son style et ses thèmes selon une pluralité de points de vue pour en faire ressortir les lignes de force, les formes et les références artistiques.
 
Enfin, Rouge profond prévoit le 3 juin, Zombies ! Une lecture corrompue du cinéma par Karim Charredib, essai sur la manière dont le thème du zombie a été représenté au cinéma et sur son impact esthétique en tant qu'allégorie sur le désenchantement général loirs des promesses de bonheur de la propagande hollywoodienne.
 

Le premier roman d'Anne Parillaud

Robert Laffont a sorti le 22 avril le premier roman de l'actrice Anne Parillaud (César de la meilleure actrice dans Nikita au cinéma, actuellement vedette de la série H24 à la télévision). Cela fait quelques années que la comédienne veut écrire...

Les abusés
est le récit d'une relation amoureuse entre un pervers narcissique et une femme sous son emprise. "De quoi est faite cette espèce d'amour qui l'obsède ? Quel est l'empire qui s'exerce sur sa personne, la soulève vers des êtres indignes qui abuseront d'elle ?"

Mais ici, à contre-courant de l'opinion publique, la primo-romancière met en scène un état de dépendance mutuelle ainsi qu'une responsabilité partagée entre la victime, maltraitée, et son bourreau qui abuse de son rôle.

Depuis quelques années, de nombreuses actrices se sont lancées dans l'écriture de romans : Isabelle Carré, Aure Atika, Sylvie Testud, Anne Brochet, sans compter la génération d'avant avec Anny Duperey, Clémentine Célarié, Simone Signoret ou Marie-France Pisier. Récemment, c'est Hélène de Fougerolles, qui a fait un joli succès cet hiver avec T'inquiète pas, maman, ça va aller (Fayard), vendu à 30000 exemplaires.


 

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
o

Olivier

il y a 3 mois à 07 h 56

Histoires incroyables du cinéma ... un docu-BD des éditions Petit à Petit ! Forcément bien ;-)


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités