Ventes : y a du bon dans l’élection | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 19.05.2017 (mis à jour le 19.05.2017 à 10h33) Librairie

Ventes : y a du bon dans l’élection

Le scrutin présidentiel de 2017 a eu, selon les libraires, un meilleur impact que les précédents sur leur rayon de livres politiques. Mais il n’a pas dopé le reste de l’activité.

Si de nombreux éditeurs jugent l’actualité politique responsable du mauvais début d’année en librairie (- 3 % au premier trimestre d’après nos données Livres Hebdo/I+C), les libraires, eux, se montrent moins sévères. Ils enregistrent de meilleurs résultats au rayon des livres politiques que lors des précédentes campagnes présidentielles, d’après une étude menée par I+C pour Livres Hebdo auprès des détaillants sur les ventes d’ouvrages politiques en période électorale (voir l'enquête complète jointe). Mais si elle a eu un impact positif sur le rayon, l’élection présidentielle de 2017 n’a pas permis d’augmenter la fréquentation des points de vente, ni par conséquent leur activité générale.

Tous circuits confondus (1er et 2e niveaux de librairie, hypermarchés, grandes surfaces culturelles, clubs via détaillants, grands magasins), les libraires, qui jugent l’offre éditoriale adaptée à la demande des clients, ont noté que l’intérêt des lecteurs se portait en premier lieu sur les programmes des candidats, suivi des documents sur les coulisses du pouvoir, puis des ouvrages d’analyse, des biographies de personnalités politiques et, pour finir, des pamphlets. Lorsqu’on leur demande de citer les trois meilleurs éditeurs en matière de livres politiques pour cette campagne, les libraires de 1er niveau donnent, dans l’ordre, le Seuil, Les Liens qui libèrent et XO ; les grandes surfaces culturelles choisissent le Seuil, XO et Albin Michel ; les hypers classent le Seuil, XO, puis Stock, tandis que les autres circuits (2e niveau, clubs via détaillants et grands magasins) placent XO devant le Seuil et Albin Michel.

Evolution des ventes du rayon politique

Livres Hebdo/I+C - par rapport aux précédentes élections présidentielles, sur l’ensemble des circuits

Tous circuits de vente confondus, la plupart des détaillants enregistrent une hausse de leurs ventes de livres politiques par rapport aux précédentes élections présidentielles. Ce constat est plus marqué dans les librairies de 1er niveau, où les trois quarts d’entre eux constatent une progression.

Impact sur l’activité du magasin

Livres Hebdo/I+C - dans l’ensemble des rayons, tous circuits confondus

Un quart des détaillants constatent que la campagne présidentielle a freiné leur activité, quand 63 % n’y voient aucun impact. Ce sont même trois libraires de 1er niveau ou de grandes surfaces culturelles sur quatre qui ne constatent aucune variation liée à la présidentielle. A rebours, les hypers observent, pour 35 % d’entre eux, un effet bénéfique sur l’activité.

Tendances de la programmation éditoriale

Livres Hebdo/I+C - pour les livres qui ne relèvent pas de politique sur l’ensemble des circuits

Près d’un libraire sur deux estime que les éditeurs ont eu tendance à alléger leurs programmes hors livres politiques, voire à reporter des titres, quand seuls 4 % affirment que certains éditeurs ont misé sur la contre-programmation. Ce sont les hypers qui, pour 61 % d’entre eux, notent le moins d’effet de l’agenda politique sur les programmes éditoriaux.

Adéquation de la programmation éditoriale

Livres Hebdo/I+C - en livres politiques par rapport à la demande, sur l’ensemble des circuits

Dans plus de la moitié des points de vente, les libraires jugent la production éditoriale de livres politiques liée à la présidentielle bien adaptée à la demande de leur clientèle. Un constat un peu plus marqué dans les grandes surfaces culturelles.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre