Tribune : Le lecteur au centre | Livres Hebdo

Par Vincent Monade, le 31.01.2014 (mis à jour le 31.01.2014 à 20h26) Tribune

Tribune : Le lecteur au centre

Dans son discours prononcé à l’occasion des vœux 2014, le président du Centre national du livre (CNL), Vincent Monadé, a placé la question du lecteur au cœur de son mandat. Sans oublier les libraires, les éditeurs, les bibliothécaires et les auteurs.

"J’ai la conviction que le livre est pris dans une crise plus grave, civilisationnelle, où nous affrontons un danger mortel : la disparition, progressive mais inexorable, des grands lecteurs et, au-delà, de la lecture elle-même. Comment agir à l’échelle du CNL ? D’abord en mettant la librairie au cœur de nos politiques. Car elle reste le lieu marchand de la lecture, celui qui attire les grands lecteurs, les occasionnels, les furtifs. […] Au-delà du plan d’urgence initié par Aurélie Filippetti et à présent opérationnel, la librairie doit être au cœur de l’action du CNL. Nous lui consacrerons six millions d’euros par an. Je souhaite que nous puissions, forts de cette augmentation, venir en aide aux points de vente du livre dans les territoires qui, sans renoncer à l’exigence qualitative, ne remplissent pas les critères des labels. Ce sera tout l’enjeu des contrats territoriaux que j’entends signer avec les directions régionales des affaires culturelles et les Régions. […] Pourquoi, dès lors, ne pas penser ensemble, en 2014, une campagne nationale qui rappelle la qualité, et la diversité, des services [de la librairie] ? Cette question du lecteur que j’évoquais et que je place au cœur de mon mandat pose aussi celle de l’édition. […] J’assume donc pleinement le rôle que jouera le CNL aux côtés des éditeurs dans la numérisation du Registre des livres indisponibles. Nous avons trouvé, sur ce sujet, le bon modèle économique. Pourquoi ne pas imaginer, alors que le rapport Lescure a bien montré l’importance de disposer d’une offre légale conséquente, une aide du CNL à l’édition de nouveautés nativement numériques ? Pourquoi ne pas ouvrir nos aides aux éditeurs pure player et aux auteurs qu’ils publient, sous condition que ces éditeurs respectent le code des usages, proposent un contrat d’édition clair et vérifiable et diffusent leurs livres dans les librairies indépendantes ? […] Nous finalisons, avec la SGDL, une nouvelle convention qui renforcera nos liens. Historiquement dédié depuis 1946 à l’aide sociale aux auteurs, le CNL entend travailler avec la SGDL à une meilleure gestion de ces aides. Vous le savez, Aurélie Filippetti a fait de l’éducation artistique un de ses grands chantiers. En 2014, j’engagerai résolument le CNL dans cette direction pour que les auteurs, rémunérés, puissent intervenir au cœur des territoires. On ne peut pas aborder la question du lecteur sans reconnaître le rôle majeur de la lecture publique. Elle ne constitue pas le cœur des missions du CNL mais celui-ci prendra sa place dans le travail que souhaite engager, en 2014, la ministre de la Culture avec les bibliothèques. Le CNL s’associera aux actions innovantes. Comme il s’associera, et ce sera ma priorité en matière d’action internationale, à l’action des pouvoirs publics pour que l’Europe prenne en compte nos intérêts et défende enfin le droit d’auteur."

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre