Sophie de Closets : l’édition et rien d’autre | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, le 08.11.2013 (mis à jour le 12.11.2013 à 14h50) Fayard

Sophie de Closets : l’édition et rien d’autre

Sophie de Closets - Photo PH. OLIVIER DION

Sophie de Closets a failli faire sa thèse en histoire sur Grasset, où cette normalienne et agrégée a obtenu en 2002 un stage qui lui a fait l’effet d’une révélation. « Alors que j’hésitais à me lancer dans une carrière de chercheuse, j’ai eu une opportunité dans l’édition. Dès les premiers jours de mon stage, j’ai compris que je ne voulais plus faire autre chose », confie-t-elle, l’œil gourmand. Mais Sophie de Closets dirigera finalement Fayard. Après avoir « grandi dans le monde des livres et des écrivains », la fille de François de Closets et de la journaliste Janick Jossin deviendra le 1er janvier, à 35 ans, la P-DG de cette filiale d’Hachette, succédant à Olivier Nora qui a préféré se concentrer sur Grasset (voir p. 18 à 21, notre entretien avec Arnaud Nourry). Chez Fayard, où Olivier Bétourné l’a recrutée en 2004 et dont elle est directrice éditoriale depuis 2010, elle se félicite d’avoir eu « l’immense privilège d’avoir pour parrains dans ce métier Claude Durand et Olivier Nora ». Elle entend d’ailleurs «rester fidèle à la ligne de Claude Durand et d’Olivier Nora, avec l’aide d’une équipe formidable [qu’elle connaît] bien pour travailler avec elle depuis près de dix ans, en conservant à Fayard cette belle image de grande maison généraliste publiant dans tous les registres des livres de qualité toujours au fait de l’actualité ».

Sophie de Closets sera secondée par Jérôme Laissus, 48 ans, nommé directeur général, chargé de l’administration et des finances. Ce diplômé de l’EMLyon a travaillé chez Arthur Andersen avant de rejoindre en 1991 le groupe Hachette, où il a successivement travaillé chez Lattès, Hazan et à la direction de la gestion. Entré chez Fayard en 2002 comme directeur administratif et financier, il en était devenu directeur général adjoint en 2005. Fabrice Piault

close

S’abonner à #La Lettre