Salon du Livre : Questions à Jean-Pierre Mocky

1

Salon du Livre : Questions à Jean-Pierre Mocky

Cette fois il ne flingue pas, il signe. Le cinéaste revient au Salon pour sa biographie parue chez Florent Massot.

J’achète l’article 1.50 €

avec vlg,
Créé le 26.03.2007 à 00h00,
Mis à jour le 26.03.2007 à 00h00

Livres Hebdo : La séance de dédicaces : un exercice que vous appréciez ?
Jean-Pierre Mocky : Oui. Je suis toujours touché de voir le public. Pendant des années j’ai fait du théâtre, avant de me consacrer à la réalisation. Dans le cinéma, on perd le contact avec le public : on ne voit pas les réactions dans les salles. Avec les séances de dédicaces, je retrouve l’échange avec le public. C’est très intéressant car je rencontre des gens d’horizon très différents : du salarié chez EDF à l’avocat ; des français comme des étrangers... C’est une chance pour moi.
Ici je suis aussi venu pour rencontrer mon public jeune. Car mon dernier livre (Cette fois je flingue aux éditions Grasset) s’adresse aux apprentis comédiens. Je leur donne des pistes, leur indique les pièges à éviter. Ils pourront gagner trois ans dans leur carrière et s’éviter certains pièges.

LH : Quel est votre record de dédicaces en une heure ?
JPM : Une fois, j’ai signé 440 signatures, en deux heures. Michel Serrault était juste à côté de moi. Je me demande si ça n’a pas joué un peu…

LH : Avez-vous déjà demandé une dédicace ?
JPM : Beaucoup d’amis m’envoient leurs livres. Je n’en demande pas ici. Il y a tellement de livres, on s’y perd un peu.






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités