Qui à la Culture ? | Livres Hebdo

Par Catherine Andreucci, le 11.05.2012 (mis à jour le 10.12.2014 à 14h05) GOUVERNEMENT

Qui à la Culture ?

Martine Aubry, Aurélie Filippetti, Bertrand Delanoë, David Kessler ou Jérôme Clément ? Après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, le jeu est ouvert pour la nomination du prochain ministre de la Culture. Au programme, concernant le livre et la lecture : retour à la TVA à 5,5 %, nomination d'un médiateur du livre et "acte 2 de la loi Lang".

Parmi les pressentis au poste, Aurélie Filippetti avait présenté le programme du PS pour le livre au Forum Livres Hebdo en février 2012. - Photo LAURENT SAZY

Plusieurs noms circulent déjà pour le futur ministre de la Culture, même s'il ne sera pas connu avant le 15 mai, date à laquelle le nouveau président de la République doit annoncer celui de son Premier ministre. Le gouvernement est également susceptible d'être remanié au lendemain des élections législatives de juin, mais François Hollande a lui-même indiqué qu'il respectera la parité entre les hommes et les femmes et accordera une place aux nouvelles générations.

Si elle n'est pas nommée à Matignon ou à un ministère régalien, Martine Aubry pourrait hériter d'un ministère de la Culture et de la Communication au périmètre d'action élargi, probablement à la recherche et à l'enseignement supérieur, voire au numérique et à la jeunesse. La première secrétaire du Parti socialiste et maire de Lille, ancienne ministre du Travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (1991-1993) et ancienne ministre de l'Emploi et de la solidarité (1997-2000), avait elle-même fait part de son intérêt pour la Culture. Au cas où le choix ne se porterait pas sur Martine Aubry, Aurélie Filippetti, figure de la jeune garde socialiste, apparaît comme favorite. La députée de Moselle, auteure de deux romans parus chez Stock, a été la responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l'équipe de campagne de François Hollande. En matière de livre et de lecture, elle maîtrise les dossiers comme elle l'avait montré en février lors du forum Livres Hebdo, >"Quelle politique pour le livre ?" (1). Pour sa part, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ne cache pas sa volonté de participer au gouvernement et pourrait obtenir la Culture, s'il ne décroche pas un autre portefeuille. A côté de ces trois élus, d'autres personnalités ont aussi toutes leurs chances. Depuis plusieurs mois, on évoque David Kessler, membre du conseil d'Etat, aujourd'hui directeur général des Inrockuptibles et également directeur de la publication de la version française du Huffington Post. Jérôme Clément, le fondateur et ancien président d'Arte qui a piloté les tribunes de François Hollande dans la presse sur la culture, se verrait bien, lui aussi, rue de Valois, tout comme le directeur de France Culture, Olivier Poivre d'Arvor. Enfin, l'option Patrick Bloche n'est pas écartée. Le député de Paris connaît en tout cas bien le monde du livre et a milité contre la hausse de la TVA sur le livre à 7 %, affichant une banderole au fronton de sa mairie du 11e arrondissement : "Non à la hausse de la TVA sur le livre. Gardons nos librairies ! »

Compétences renforcées

Le retour à la TVA à 5,5 % sur le livre est d'ailleurs un des engagements de François Hollande. La suppression de l'Hadopi fait aussi partie du programme socialiste. Quelle que soit la personnalité retenue, le ministère de la Culture devrait voir ses compétences renforcées : la création d'un ministère des Industries créatives ou celle d'un grand ministère de la Connaissance sont à l'étude. Comme l'a précisé Aurélie Filippetti dans le programme envoyé à Livres Hebdo à la veille du premier tour de la présidentielle, la nomination d'un médiateur du livre est envisagée et la nouvelle équipe devra plancher sur un "acte 2 de la loi Lang » intégrant les enjeux du numérique, le soutien à la librairie indépendante, les questions de lecture publique... Dans la perspective d'une décentralisation accrue, voulue par le nouveau Président, les Régions et les collectivités locales pourraient se voir confier de nouvelles compétences (encadrement des loyers de centre-ville, droit de préemption pour la création de commerces culturels). Le développement du numérique est également au programme (voir ci-dessous). Le tout, "dans un contexte de financements publics limités".

LES MESURES PRÉVUES

-Retour à la TVA à 5,5 % au lieu de 7 % actuellement

- Suppression de la loi Hadopi

- Convocation des "états généraux du livre et de la lecture" pour un "Acte 2 de la loi Lang"

- Eventuelle restauration de la Direction du livre et de la lecture

-  Création d'un fonds de soutien aux librairies indépendantes

-Nomination d'un médiateur du livre

- Réforme du code des marchés publics pour favoriser les librairies et les petits éditeurs indépendants

- Plus de compétences aux Régions et aux collectivités locales en matière de commerce culturel

- "Développer un portail numérique commun libraires-maisons d'édition "

- Encourager les éditeurs à pratiquer, pour le livre numérique, des prix bien inférieurs à ceux du papier

-  Aider à la création d'une plateforme unique de distribution des livres numériques sous droits à destination des libraires

-  Investir dans la numérisation : augmenter l'enveloppe de 4 millions d'euros du Centre national du livre, et "engager un processus de numérisation patrimoniale de masse" avec Gallica

- Augmenter les budgets d'acquisition des bibliothèques, réfléchir aux horaires d'ouverture.

Source : programme envoyé à Livres Hebdo par Aurélie Filippetti le 10 avril (voir l'intégralité sur Livreshebdo.fr).

(1) Voir LH 898 du 24.2.2012, p. 12.

close

S’abonner à #La Lettre