Prison pour femmes | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, le 06.07.2018 (mis à jour le 06.07.2018 à 12h49) 12 septembre > BD Corée > Song Aram

Prison pour femmes

Photo SONG ARAM/ÉDITIONS ÇÀ & LÀ

Song Aram démonte le mécanisme de la violence subie par les jeunes Coréennes.

Révélant une auteure prometteuse, extrêmement précise dans son récit habité par la force de l’expérience personnelle, et ses dessins, Deux femmes livre un panorama édifiant de la condition des jeunes Coréennes à travers le destin croisé de deux amies. Song Aram, née en 1981, l’a bâti en deux chapitres traités chacun du point de vue de l’une d’elles. Dans "Nuit à Daegu", Hing-yeon, dessinatrice à Séoul, annonce sa grossesse et son mariage. S’ensuit le récit accablant de sa vie familiale dans un monde profondément conservateur et patriarcal, avec pour acmé la visite aux beaux-parents à Daegu, grande ville du sud de la Corée, durant laquelle convergent toutes les coercitions imposées à la jeune femme.

"Nuit à Séoul", qui retrace des événements antérieurs, permet de mesurer les montagnes qu’a dû soulever Gongju, originaire, elle, de Daegu, pour "monter à Séoul" et y devenir journaliste. Violence sociale et économique, et machisme profond de la société coréenne s’articulent aux traditions familiales pour ramener la jeune femme aux fonctions de reproduction et de service aux hommes et aux aînés. Fabrice Piault

Song Aram
Deux femmes
Éditions çà et là
Traduit du coréen par Yeong-hee Lim
Tirage: 2 005 ex.
Prix: 18 euros; 168 p. en bichromie
ISBN: 978-2-36990-256-0

Thématique

Livre cité (1)

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre