Entretien

Mobidys prépare une "frogothèque" pour les élèves de primaire

Photo MOBIDYS

Mobidys prépare une "frogothèque" pour les élèves de primaire

La start-up Mobidys lancera en septembre Sondido, une bibliothèque numérique de livres jeunesses en format "frog", censé faciliter l'apprentissage de la lecture pour les enfants dyslexiques. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 11.05.2021 à 16h32,
Mis à jour le 11.05.2021 à 20h13

S'appuyant sur une récente levée de fonds de 2 millions d'euros, la start-up nantaise Mobidys lancera en septembre prochain Sondido, une "frogothèque" pour les élèves de primaire. Cette bibliothèque proposera des livres jeunesses numériques en "frog" (pour Free your cognition), un format maison qui doit faciliter l'apprentissage de la lecture aux élèves dyslexiques. Explications avec Marion Berthaut, co-fondatrice.

Livres Hebdo : Comment Sondido facilite la lecture chez les élèves dyslexiques ? 
Marion Berthaut : Pour le public dyslexique, l'apprentissage de la lecture passe par des canaux différents. Le français est une langue phonotique, or certaines lettres ne se prononcent pas comme elles s'écrivent. Les personnes dyslexiques ont des difficultés à décrypter ces codes. C'est un handicap invisible qui peut-être très douloureux pour un enfant. Le frog est un outil d'intelligence artificiel qui adapte la mise en page pour surmonter ces problèmes. Un lecteur peut par exemple décider que tel extrait soit lu ou de souligner les syllabes d'un mot. Nous nous appuyons sur des études scientifiques pour évaluer l'impact de ce format.

De combien de références est composé le catalogue Sondido ?
Pour le lancement officiel prévu à la rentrée prochaine, nous aurons 150 titres. Les professeurs d'écoles nous partagent les livres qui seront étudiés puis nous contactons les éditeurs. Nous avons des partenaires tels que le Livre de poche, L'école des Loisirs ou encore Belin.

Comment évolue le format frog avec les nouvelles formes d'écriture telles que l'écriture inclusive ? 
Nous ne réécrivons pas les textes, mais nous pouvons les compléter. Nous pouvons imaginer pour le point médian qui n'est pas phonotique, et donc compliqué pour un dyslexique, d'expliciter. Par exemple : "les chien.nes" devient "les chiens et chiennes". Pour le développement du frog, nous sommes aidés par des orthophonistes et des chercheurs en neuroscience. Nous explorons de nouvelles pistes comme celles de morphèmes, les morceaux de mots qui porte le sens comme "chat" dans "chaton".

Comment êtes-vous financés ?
Nous vendons nos abonnements aux établissements scolaires et une redevance est versée aux éditeurs. A côté de cela, nous avons des aides de l'Etat pour notre travail de recherche et développement. Le ministère de la Culture nous verse une aide pour un projet d'intelligence artificielle qui permet de lever les ambiguités de la langue française. Une autre subvention est accordée par le ministère de l'Education pour un travail sur une mise en page adaptée des manuels scolaires.

Quels sont vos projets futurs ?
Notre récente levée de fonds nous sert à développer notre catalogue de production et à diversifier nos offres. Notamment pour BibliOdyssée, qui est une offre de livres numériques au format frog destinée aux bibliothèques municipales. Nous souhaitons également dès juin une internationalisation de nos moteurs. Notre format frog est en français, mais nous souhaitons l'étendre à d'autres langues dont l'anglais. Au départ, nos services étaient destinées exclusivement aux personnes dyslexiques, mais nos outils aident tout simplement à l'apprentissage de la lecture, et concerne donc tout le monde.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités