France, 2040. Dans le troisième roman d'Alain Damasio (1), après leur faillite, les grandes villes ont été rachetées par les multinationales de l'Hexagone : Paris par LVMH, Lille par Auchan... Grâce à la technologie, les grandes marques répertorient les moindres faits et gestes des citoyens afin de répondre en temps réel à leurs désirs, sur un trottoir, dans un parc, n'importe où. La réalité devient une denrée personnalisable à consommer.

Un jour, un couple d'intellectuels constate la disparition de leur fille. Elle aurait été emmenée par un furtif, un être qui vit dans l'angle mort des humains, métamorphe, hybride, intraçable - l'antithèse de la société du contrôle. Par un habile jeu de contrepoints entre son univers dystopique et la découverte de ces entités, Alain Damasio esquisse les contours d'une utopie sociale fondée sur un retour à la chair. Roman sensitif et choral, Les furtifs est une quête acharnée du vivant dans un monde inerte, le nôtre évidemment. Pour lui redonner ses couleurs, l'auteur déploie une langue généreuse, ronde, métissée, produit d'un bouillonnement multiculturel. Turbulent et intime, le récit se déplie, lui, dans une série de réflexions sociométaphysiques. Avec en leur cœur, cette certitude que la vie est un mouvement.

(1) Les Furtifs, d'Alain Damasio (La Volte), 704 p., 25 €. ISBN : 978-2-37049-074-2. Sortie : 18 avril.


12.04 2019

Livre cité

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités