Auteurs

Le Snac BD interpelle Aurélie Filippetti sur les cotisations retraite

Photo © JAMES

Le Snac BD interpelle Aurélie Filippetti sur les cotisations retraite

La section BD du Syndicat national des auteurs et des compositeurs a adressé, mardi 10 juin, une lettre ouverte à la ministre de la Culture après l’annonce d’une hausse des cotisations retraite prévue pour 2016.

J’achète l’article 1.50 €

Par François Oulac,
Créé le 10.06.2014 à 15h25,
Mis à jour le 10.06.2014 à 18h33

Les auteurs de bande dessinée ont manifesté, mardi 10 juin auprès d’Aurélie Filippetti, leur colère après une annonce du Régime de retraite des artistes et auteurs professionnels (Raap), selon laquelle, à partir de janvier 2016, ils devraient cotiser à hauteur de 8% de leurs revenus pour financer leur retraite complémentaire obligatoire.

Dans une lettre ouverte adressée à la ministre de la Culture et cosignée par près de 750 auteurs, la section BD du Syndicat national des auteurs et des compositeurs (Snac) rappelle la “paupérisation croissante” dans laquelle se trouvent les auteurs, condition sur laquelle le Conseil permanent des écrivains (CPE) avait déjà alerté le gouvernement en mars dernier. Il qualifie cette réforme de “soudaine et irréfléchie”, “inacceptable autant qu’inapplicable”.

“Même si nous sommes évidemment favorables à un système solidaire des retraites, […] croyez-vous que les auteurs pourront, en plus de leurs autres sacrifices, se priver de 8% de leurs revenus afin de s’acquitter de nouvelles cotisations sociales?, demande le Snac BD dans sa lettre ouverte. Ceci représente l’équivalent de presque un mois de revenus, alors que la plupart d’entre eux ne gagnent pas assez pour payer des impôts et peinent à boucler leurs fins de mois. Nous vous rappelons, Madame la Ministre, que le revenu de la moitié des auteurs de BD se situe (hélas) bien en dessous du Smic. Il est urgent que cette réalité soit prise en compte, avant de réformer quoi que ce soit”.

Le Snac BD réclame “la suspension de l’application” de la réforme ainsi qu’une nouvelle concertation. A défaut, le syndicat envisage des actions collectives “dès septembre 2014”.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités