Revoici en 1990, vingt ans après les événements retracés dans Little Tulip (Le Lombard, 2014), Pavel/Paul, tatoueur rescapé de l'enfer des camps staliniens où il a vécu enfant, et sa jeune protégée d'origine japonaise, Azami. Cette dernière, désormais sergent dans la police de New York, pratique la muscu à haute dose et désespère de ne pouvoir enfanter en raison de la quantité d'anabolisants qu'elle a absorbée. Or voici que, dans un quartier déshérité de la ville, elle découvre un nouveau-né abandonné dans une poubelle. Un miracle en somme. Azami l'adopte sur-le-champ et le baptise... Little Paul, en hommage à son père adoptif.

Le charme de la phase couches/biberon va cependant être vite perturbé par l'irruption concomitante d'une mystérieuse agence du FBI et d'une bande de mafieux. La première veut utiliser les talents graphiques de Pavel pour la fabrication de faux billets à la destination trouble. La seconde forme pour le bébé un projet nettement moins radieux que ceux d'Azami.

Avec elles, Pavel voit réapparaître les démons de sa jeunesse sibérienne : l'ambivalente Nadya, dont il a été amoureux et qu'il croyait morte ; la monstrueuse Anna-la-hyène, qui aurait goûté à la chair humaine ; les règles et les pratiques terrifiantes de la Kolyma, mysticisme compris, désormais digérées aux États-Unis comme un nouveau rouage du capitalisme ultralibéral. Derrière la barbarie produite par le système concentrationnaire soviétique, se trouve maintenant, dans les bas-fonds de New York, la main des puissants qui se repaissent, au sens figuré comme au sens propre, du sang des pauvres.

Le duo formé par Jérôme Charyn (scénario) et François Boucq (découpage et dessin) est largement éprouvé depuis La femme du magicien et Bouche du diable (Casterman, 1986 et 1990, réédités au Lombard). Il est à son meilleur dans un thriller politique et social où le dessinateur a, une nouvelle fois, instillé dans la représentation graphique de ses personnages, au réalisme pointilleux poussé jusqu'à l'absurde, la part d'humour auquel il donne par ailleurs libre cours dans ses titres pleinement humoristiques, tels ceux des aventures de Jérôme Moucherot.

François Boucq et Jérôme Charyn
New York Cannibals
LE LOMBARD
Tirage: 50 000 EX.
Prix: 24,50 € ; 152 pAGES
ISBN: 9782803672530

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités