Proclamation

Le prix Camoes 2016 revient au Brésilien Raduan Nassar

Raduan Nassar - Photo COPIE D'ÉCRAN/DR

Le prix Camoes 2016 revient au Brésilien Raduan Nassar

Le plus important prix littéraire de langue portugaise a été décerné, lundi 30 mai, à l'auteur brésilien Raduan Nassar, dont deux titres sont traduits chez Gallimard.

Par Marine Durand,
avec AFP,
Créé le 31.05.2016 à 12h26,
Mis à jour le 31.05.2016 à 16h07

Le Prix Camoes 2016 a été attribué, lundi 30 mai, au Brésilien Raduan Nassar, a annoncé le secrétaire d'Etat portugais à la Culture, Miguel Honrado. Ce dernier a salué dans un communiqué "un grand écrivain" dont l'œuvre "promeut une conscience politique et sociale contre l'autoritarisme", soulignant "l'extraordinaire qualité de son langage et la force poétique de sa prose".

Né en 1935 de parents libanais à Pindorama, une municipalité de l'Etat de Sao Paulo au Brésil, Raduan Nassar a publié seulement trois livres entre 1975 et 1997, avant de se retirer de la vie littéraire, mais son œuvre a été largement traduite et deux livres ont été adaptés au cinéma: Um copo de colera (Un verre de colère, publié chez Gallimard en 1985, traduit du portugais par Alice Raillard) et Lavoura arcaica (A la gauche du père). Le recueil de nouvelles Chemins est également paru en 2005 dans la collection "Du monde entier" de Gallimard, traduit du portugais par Henri Raillard. Raduan Nassar a par ailleurs été sélectionné pour le prestigieux Man Booker Prize International 2016, qui récompense un ouvrage étranger publié en anglais au Royaume-Uni.

Le Prix Camoes, d'une valeur de 100 000 euros, a été créé en 1989 par le Portugal et le Brésil afin de distinguer les auteurs lusophones contribuant à la reconnaissance de la langue portugaise. Ce prix, attribué l'an dernier à l'écrivaine portugaise Helia Correia, a récompensé par le passé les Portugais Antonio Lobo Antunes (2007), le prix Nobel José Saramago (1995), le Brésilien Jorge Amado (1994) et l'Angolais Pepetela (1997).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités