Le premier prix Jean-Jacques Rousseau a été attribué, à l'unanimité du jury et sous le parrainage de Didier Daeninckx, à Fabrice Humbert pour La fortune de Sila (Le Passage).

Lors de la remise du prix qui aura lieu dans les locaux du musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency (Val-d'Oise), le lauréat recevra un fac-similé d'une oeuvre de Rousseau ainsi que 1 500 €.

Neuf titres étaient en compétition :
L'herbe sous le pied, René Viallet (Quespire)
Franco est mort jeudi, Maurice Gouiran (Jigal Polar)
Que tous nous veuille absoudre, Stéphanie Janicot (Albin Michel)
La fortune de Sila, Fabrice Humbert (Le Passage)
Helvetic Park, Martina Chyba (Favre)
Le coffret, Stéphane Beau (Petit Pavé)
Les derniers jours d'un homme, Pascal Dessaint (Rivages)
Appel au possible, André Bonmort (Sulliver)
La muette après le passage de l'oublieur, Alain Gluckstein (Folies d'encre)

« S'il fallait extraire de l'oeuvre de Jean-Jacques Rousseau les éléments qui ont inspiré la création de ce prix littéraire, explique le jury, on insisterait sur l'opposition entre nature et culture, un des fondements de l'anthropologie moderne, le rapport de l'homme à son environnement, la théorie politique, la réflexion sur le rôle du peuple, sur la souveraineté et sur la loi, l'introspection, le retour sur soi par le questionnement autobiographique, et enfin l'origine de la société, du langage, de l'art, notamment de la musique, dans une perspective philosophique. »

En vertu de ces références, le prix récompensera des oeuvres de langue française qui présenteront des thèses nouvelles, des thèmes précurseurs. L'an prochain, il se tournera toutefois vers l'autobiographie, annonce le président du jury, André Mir.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités