Le consentement de Vanessa Springora (Grasset) a créé l'événement de la rentrée littéraire de janvier. Ce texte écrit par une jeune éditrice qui vient de remplacer Bernard Barrault et Betty Mialet à la tête de Julliard, a été tiré à 20 000 exemplaires puis réimprimé à 20 000 avant même sa sortie le 2 janvier. Sur les listes après quatre jours de vente, il atteint désormais un tirage de 85 000.

Dans un contexte marqué par #MeToo, l'auteure raconte comment elle a été séduite à l'âge de 14 ans par l'écrivain Gabriel Matzneff, alors âgé de 50 ans, et comment il a marqué sa vie de femme, au point qu'elle a mis trente ans à se défaire de son emprise. M le magazine du Monde, qui a titré le 20 décembre : « Les temps ont changé, il est devenu indéfendable », a lancé le coup d'envoi d'un emballement médiatique qui dure encore, avec cette semaine des passages dans « Quotidien » de Yann Barthès (TMC) et à « La grande librairie » (France 5). Le retentissement a pris une dimension internationale - El Pais, The Guardian et la presse québécoise, notamment, s'en sont emparés. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités